La cour d'appel examine le dossier COFIC

Le dossier qui oppose la société COFIC à la mairie du Diamant est examiné ce mardi (14 novembre 2017) par la cour d'appel de Fort-de-France. En jeu, 1,2 millions d'euros.
Par Karl Lorand et Cédric Catan
Par Karl Lorand et Cédric Catan
Image
cogic mobilisation cour d'appel diamant
légende image principale
Les citoyens du Diamant mobilisés devant la cour d'appel. ©CC/RCI Martinique

Les administrés du Diamant sauront ce mardi si la municipalité devra effectivement verser 1,2 millions d'euros à la société COFIC. La cour d'appel de Fort-de-France examine le conflit qui oppose la commune à la société.

Des administrés du Diamant ont fait le déplacement ce mardi matin devant le tribunal pour manifester leur colère. Ils estiment que la mairie n'a pas à dédommager l'entreprise. Ils craignent surtout de voir augmenter les impôts locaux pour couvrir cette dette.

Un impact que reconnaît Gilbert Eustache, le maire du Diamant, qui était présent ce matin à la cour d'appel. "On a du prendre des décisions importantes pour le contribuable lamentinois. Et on se rend compte que même aujourd'hui en donnant le maximum d'éléments pour prouver qu'il n'y a pas eu voie de fait parce qu'on a construit une station d'épuration sur un terrain avec l'accord du propriétaire. Aucun Martiniquais ne devrait accepter ce qui s'est passé au Diamant. On veut voler les Diamantinois et mois je vais faire tout pour qu'on ne vole pas les Diamantinois", affirme Gilbert Eustache, maire du Diamant.

Pour rappel, la ville du Diamant a été condamnée en 2013 pour voie de faits. La municipalité est accusée d'avoir construit une station d'épuration sur un terrain appartenant à la société Cofic. Cette dernière assure que la mairie n'avait pas d'autorisation pour construire cet équipement.

Tags (Étiquettes)
Rubrique

À lire également