Soderag : le tribunal de Fort-de-France rend son ordonnance ce mardi matin

Ce mardi matin (16 mai 2017), le tribunal de Fort-de-France rend son ordonnance dans le cadre du dossier de la Soderag. La défense prévoit déjà de faire appel.
| par Karl Lorand et Clara Vincent
Image
tribunal de grande instance de Fort-de-France

C’est ce mardi matin, 16 mai, que sera notifiée l’ordonnance du juge d’instruction dans l’affaire de la SODERAG, au tribunal de grande instance de Fort-de-France.

Il s'agit de la dernière étape dans cette affaire qui date de plus de 20 ans. Rappelez-vous, la Soderag, une société de développement économique régionale aux Antilles-Guyane, en grande difficulté financière dans les années 80, avait finalement été liquidé  en 1998. Plusieurs particuliers, artisans, chefs d’entreprises avaient emprunté à la Soderag.

Suite à la liquidation de la société, les créances avaient dû être transférées à une autre société, la Sofiag, la société financière des Antilles-Guyane, filiale de la Bred.

Problème, les prêts avaient été recalculés selon les plaignants, sans prise en compte des remboursements déjà effectués. Certains dont les prêts s'élevaient à 500 000 euros se sont ainsi retrouvé à devoir rembourser plus de 10 millions d’euros.

Aujourd’hui, après des années de bataille judiciaire, les plaignants attendent impatiemment cette ordonnance.

Leur avocat, maître Claude Deboosere-Lepidi, s’attend à un non-lieu et compte bien faire appel pour pouvoir avoir un débat judiciaire devant la chambre de l’instruction. "Cette ordonnance va probablement statuer sur les différentes plaintes et qualifications qui ont été proposées. Nous allons relever appel de celle ci si c'est une audition de non-lieu pour pouvoir placer le différent devant la chambre de l'instruction. C'est la chambre d'instruction de la Cour d'appel de Fort-de-France qui va arbitrer de manière définitive le débat entre les parties. Notamment la querelle sur les qualifications, qui pourrait conduire à la mise en examen de la Soderag des années après", a commenté l'avocat.

 

Rubrique

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire