Coronavirus : par croyance, ils refusent de se faire soigner en Haiti

Par 08/07/2020 - 11:59
01/01/2020 - 00:00

L'épidémie progresse en Haiti mais les médecins doivent faire face aux croyances et au déni. Convaincue par les rumeurs persistantes autour d'une injection mortelle, la population rechigne à se rendre dans les hôpitaux.

    Coronavirus : par croyance, ils refusent de se faire soigner en Haiti

L'épidémie de coronavirus progresse toujours en Haïti où on dénombre 6371 cas confirmés de covid-19. On déplore 113 morts dans le pays depuis l'apparition des premiers cas de la maladie. Si la capitale, Port-Au-Prince, est la principale zone touchée de nombreuses autres régions du pays recensent aussi des cas. Les autorités sanitaires tentent d'enrayer la progression de l'épidémie mais elles doivent faire face à une population peu encline à aller se faire soigner. Ainsi, les équipes de promotion de la santé de Médecins sans Frontières expliquent que les Haïtiens sont réticents à se rendre dans les établissements de santé.

En effet, de nombreuses rumeurs sont tenaces dans le pays. Parmi les rumeurs les plus répandues depuis le début de l’épidémie de Covid-19, celle d'une injection mortelle qui serait administrée dans les hôpitaux afin de gonfler les chiffres de la mortalité dans le pays et obtenir plus d'aide internationale. Une autre rumeur persiste au sein de la population, celle d'un vaccin contre le coronavirus qui serait testé sur les gens à leur insu. Les patients sont donc très réticents à aller se faire soigner et refusent les actes médicaux comprenant des seringues. Ils rechignent à aller dans les centres médicaux et arrivent souvent là-bas dans un état très grave. En juin dernier, MSF alertait déjà sur cette situation après que 12 personnes soient mortes à leur arrivée ou dans les 24h qui ont suivi.

Médecin Sans Frontières indique que la population explique régulièrement à leurs équipes de terrain, préférer mourir à la maison plutôt que d'aller à l'hôpital. Le déni reste une problématique à laquelle, les professionnels de santé sont aussi confrontés. Selon eux, de nombreux Haïtiens qui présentent des symptômes de la maladie ne sont pas comptabilisés dans les chiffres officiels.

En effet, la population évoque une « épidémie de fièvre » dans certains quartiers.  Mais moins virulente, cette maladie n'est, selon MSF, pas pour les gens associée au coronavirus.

Par ailleurs, les médecins s'inquiètent du manque d'infrastructures dans le pays et craignent que les autorités sanitaires haïtiennes ne soient pas en mesure de faire face à l'afflux de malades.

Tags

A lire également

Ajouter un commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.