Cuba travaille sur son propre vaccin

Par 24/01/2021 - 05:00
01/01/2020 - 00:00

Fort de sa longue expérience et de son excellence médicale, Cuba a donné à ses chercheurs la mission d’aboutir au premier vaccin anti-coronavirus conçu et produit en Amérique latine. Les avancées sont rapides et prometteuses. De quoi intéresser d’autres pays.

    Cuba travaille sur son propre vaccin

"Nous avons la capacité de fabriquer 100 millions de doses" de Soberana 2, le candidat vaccin le plus avancé a assuré cette semaine le directeur de l’institut de vaccination. Cuba est l'un des pays les moins touchés de la région, l'île compte 180 décès, pour 11 millions d’habitants, une population équivalente à celle de Belgique qui déplore 20.000 décès.

Lundi dernier, Soberana 2 est passé à la phase II b. En cas de succès, il entrerait en phase III, la dernière avant approbation. Dans ce pays où un quart du budget est consacré à la santé et où les docteurs sont vus comme des héros, participer aux essais est perçu comme un devoir civique. L’objectif est de lancer la campagne de vaccination au premier semestre pour les Cubains, le vaccin sera gratuit mais pas obligatoire.

Cuba a été le premier candidat d’Amérique latine et des Caraïbes à avoir un vaccin en phase clinique, souligne le représentant local de l’OMS. Avec plus de 30 ans d’expérience dans la production de ses vaccins. Sous embargo américain depuis 1962, Cuba a souvent dû trouver ses propres remèdes. Dès les années 1980, l’île a misé sur les biotechnologies, découvrant notamment le premier vaccin contre le méningocoque B, avec souvent l’envoi de traitements vers l’Amérique latine, l’Asie et l’Afrique.

L’exportation de services médicaux est désormais la principale source de revenus de Cuba, avec 6,3 milliards de dollars en 2018. En 2020, l’île a aussi envoyé des brigades médicales dans 40 pays pour lutter contre le coronavirus.

 

Tags