Vaccin Covid : Antigua-et-Barbuda demande l'aide des Etats-Unis

Par 22/03/2021 - 12:30 • Mis à jour le 22/03/2021 - 12:10

Ce vendredi, les Etats-Unis ont annoncé que des doses du vaccin AstraZeneca, qui n’a pas encore été approuvé par les autorités américaines, seraient livrées au Canada et au Mexique. Ce week-end, le Premier ministre d’Antigua-et-Barbuda, a écrit au président américain Joe Biden, demandant que les pays de la CARICOM, bénéficient eux aussi de ces doses d’AstraZeneca.

    Vaccin Covid : Antigua-et-Barbuda demande l'aide des Etats-Unis

Ce vendredi, la porte-parole de la Maison blanche, Jen Psaki, a indiqué que des doses du vaccin AstraZeneca, qui n’a pas encore été approuvé par les autorités américaines, seraient livrées au Canada et au Mexique. Les deux pays, en échange s'engageraient à en fournir ultérieurement aux Etats-Unis. Une communication qui venait confirmer des informations révélées à Reuters par un responsable américain qui déclarait sous couvert d’anonymat que le Mexique allait recevoir 2,5 millions de doses et 1,5 million de doses seraient attribuées au Canada.

Ce partage est une première pour les États-Unis depuis l’apparition des premiers vaccins et doit permettre de lutter contre la propagation du virus à travers les frontières du continent américain.

Une décision qui a fait réagir au sein de la CARICOM. Ce week-end, le Premier ministre d’Antigua-et-Barbuda, a écrit au président américain Joe Biden, demandant que les pays de la communauté des Caraïbes, bénéficient eux aussi de ces doses d’AstraZeneca.

Gaston Browne explique dans cette missive que la région est parmi les plus touchées par la pandémie de COVID-19 avec des pays en proie au chômage et qui font face à une contraction économique de près de 30%.

Un risque d'effondrement économique dans la Caraïbe 

La vulnérabilité des Etats-Unis, est devenu le réel enjeu selon lui dans la distribution de ces vaccins. En effet, ces pays dont l’économie s’effondre, deviendront, si la crise perdure, des territoires où la pègre et particulièrement les trafiquants de drogue prendront le pas, au détriment des habitants mais aussi, à plus large échelle, des Etats-Unis argue Gaston Browne, rappelant à Joe Biden que les Caraïbes sont la « troisième frontière » des États-Unis.

En outre, dans ce courrier, le Premier ministre d'Antigua-et-Barbuda fait remarquer au président américain que certains pays de la CARICOM ont pu vacciner un petit pourcentage de leur population grâce aux dons du gouvernement indien qui a fourni 500 000 doses de vaccin. Sous l’administration de Donald Trump, le pays avait décrété que tous les vaccins produits dans ses usines seraient exclusivement réservés aux Américains. Néanmoins, le vaccin d’AstraZeneca n’est pas encore homologué dans le pays.

Plus de 7 millions de doses de ce vaccin seraient actuellement disponibles aux États-Unis pour être « prêtées », selon la porte-parole de la Maison Blanche. L’entreprise AstraZeneca prévoit de fabriquer 30 millions de doses aux États-Unis d’ici le mois d’avril.

À lire également