Babette de Rozières tient à nouveau salon

Par • Mis à jour le 05/01/2018 - 10:48

Le 3ème salon de la gastronomie des Outre-mer et de la francophonie aura lieu début février à Paris.

    Babette de Rozières tient à nouveau salon

En 2017, le salon n'avait pas eu lieu, reporté en raison de la candidature de sa fondatrice aux législatives. Mais cette année, aucun obstacle et Babette de Rozières a décidé pour la 3ème édition de voir les choses en grand. Fini le Paris Event Center porte de la Villette, direction le Hall 5 du parc des expositions de la porte de Versailles ! C'est là que 130 exposants sont attendus du 2 au 4 février prochain. "Il y en avait 70 la dernière fois", estime l'organisation, qui assume des débuts timides et une certaine réticence des exposants lors de la première édition.

Pour ce cru 2018, il n'y aura pas que des originaires d'Outre-mer sur les stands car le salon s'ouvre à la francophonie, avec la présence annoncée du Liban ou de l'Algérie par exemple. "Ce salon c'est le nôtre, c'est notre toit, c'est un lien fort que nous voulons créer dans l'Hexagone par le biais de ce salon", expliquait Babette de Rozières lors de la présentation de l'évènement lundi à la Mairie de Paris.

L'objectif est donc de rassembler autour de l'art culinaire et de montrer sa diversité. "Tout n'est pas linéaire dans notre gastronomie ! On ne mange pas en Nouvelle-Calédonie comme en Guadeloupe, à La Réunion comme en Martinique, s'enthousiasmait la célèbre et médiatique chef guadeloupéenne. "Toute cette richesse sera donc exposée, la culture d'un peuple se lit dans son assiette !".

Mais il y a malgré tout une ombre au tableau selon Babette de Rozières : l'absence de soutien du ministère des Outre-mer. "Quand ont voit comment le ministère de l'Agriculture soutient le salon de l'Agriculture, je pensais que le ministère des Outre-mer serait vraiment à mes côtés mais je n'ai rien vu", a regretté la cuisinière dans son discours puis devant la presse. "J'ai voulu un haut patronage et à ce jour je n'ai pas de réponse mais j'ai bon espoir...", a-t-elle ajouté.