Il y a 44 ans, Bob Marley était la cible d'une tentative d'assassinat

Par 03/12/2020 - 13:46
01/01/2020 - 00:00

Le 3 décembre 1976, Robert Nesta Marley plus connu sous le nom de Bob Marley était victime d'une tentative d'assassinat à Kingston.

    Il y a 44 ans, Bob Marley était la cible d'une tentative d'assassinat

Dans une maison du 56 Hope Road, dans un quartier chic Kingston, la capitale de la Jamaïque, Bob Marley, déjà star du reggae, épluche un pamplemousse. Le chanteur se trouve dans la cuisine de la demeure qui lui a été offerte par le producteur Chris Blackwell.

Vers 20 h 30, sept homme s'introduisent dans la propriété où Bob Marley a installé son studio d'enregistrement. En un instant, une pluie de balles (50 douilles seront retrouvées) s'abat sur toutes les personnes dans la cuisine. Bob Marley est touché au bras. Sa femme, Rita, à la tête. Son manager a le corps criblé de balles.

Par miracle, aucun décès ne sera à déplorer.

La tentative d'assassinat contre le chanteur star intervient alors que son groupe répète en vue d'un concert intitulé Smile Jamaïca. Il s'agit en cette fin d'année de promouvoir la paix dans un pays tiraillé par des dissensions politiques violentes. 

Soupçons sur la CIA

Depuis que le socialiste Michael Manley a été élu Premier ministre en 1972, les États-Unis, terrifiés à l'idée que la Jamaïque ne devienne un régime communiste comme Cuba, ont mené une campagne de déstabilisation (en armant par exemple les opposants de Manley) qui a plongé cette petite île aussi pauvre que paradisiaque dans le chaos. En 1974, la violence a atteint un tel niveau que Manley doit déclarer l'état d'urgence et installer des tanks et des soldats dans les rues.

Considéré comme élément perturbateur par la CIA, Bob Marley répond en chanson dans Rat Race. "Rasta don't work for no CIA", chante-t-il.

La CIA qui sera soupçonnée d'avoir pris part à la tentative de meurtre à son encontre. Des soupçons se porteront également sur le JLP, le parti d'opposition ou même sur les hommes du PNP, le parti au pouvoir qui tentait désespérément d'utiliser Bob Marley à des fins électorales.

Marley quitte la Jamaïque après l'incident et part s'installer à Londres. Il ne reviendra sur l'île qu'en 1978 pour le concert One Love Peace Concert. Cette fois-ci les Wailers sont à la manoeuvre. Sur cette Bob Marley fait monter Edward Seaga et Michael Manley, les deux hommes forts du pays et les pousse à se sérer la main. Face au public, en liesse, les deux ennemis jurés ne peuvent refuser.

Tags