Corsair : la compagnie aérienne supprime 112 postes

Par 14/01/2021 - 14:52 • Mis à jour le 14/01/2021 - 14:44

La compagnie aérienne Corsair annonce aujourd'hui jeudi 14 janvier la suppression de 112 postes de personnels naviguant et de personnes au sol, sur un total de 1100 salariés. Un plan social qui fait suite à la reprise de la compagnie par un consortium d'investisseurs, avec l'aide de l'Etat.

    Corsair : la compagnie aérienne supprime 112 postes

Personnels naviguant et personnels au sol sont concernés

Au total, ce sont 112 postes qui seront supprimés par Corsair, sur les 1100 salariés de la compagnie aérienne.

Une mesure de "rupture conventionnelle collective" a été proposée au personnel naviguant commercial (PNC), et a abouti au départ de 65 PNC. 

Concernant le personnel au sol, un projet de suppression de 61 postes et la modification de 19 postes sur les 339 CDI a été remis aux instances représentatives du personnel ce jeudi 14 janvier, selon Corsair. La compagnie précise également qu'il est prévu "la création de 14 postes". 

Un plan social qui semble pour le moment être accepté par le personnel, comme l'avait souligné la semaine dernière Patrick Vial-Collet, l'un des nouveaux actionnaires de la compagnie. Il avait notamment insisté sur la bonne entente entre les repreneurs de la compagnie et le personnel, qui aurait "totalement adhéré" au plan de relance.

Une réduction de l'un des principaux postes de dépense pour améliorer la compétitivité 

Cette réduction de la voilure salariale intervient dans un contexte de plan de sauvetage validé en fin d'année dernière. L'accord signé entre un consortium d'investisseurs privés et l'Etat français comprend "une contribution financière globale de près de 300 millions d'euros pour la restructuration et le développement de Corsair", qui sera recentrée sur les dessertes de l'Outre-mer, selon la compagnie.

L'Etat a apporté son aide à la compagnie pour un montant total de 136,9 millions d'euros composé d'une aide à la restructuration de 106,7 millions d'euros - sous forme de report d'impôts, crédit d'impôt, prêt bonifié et prêt participatif - et de 30,2 millions d'euros de crédit d'impôt visant à "indemniser la compagnie" pour les dommages subis à cause des mesures d'urgence relatives au coronavirus.

La compagnie précise que les postes de coûts les plus importants, mis à part le fuel, sont les loyers des avions et les coûts salariaux et affirme :

Afin d'être en mesure de rembourser les aides de l'Etat et répondre aux exigences des parties prenantes signataires de l'accord, Corsair s'est engagée à améliorer significativement sa compétitivité

Tags

À lire également