L’Outremer invité à Matignon

Par • Mis à jour le 15/10/2015 - 20:32

Le premier ministre Manuel Valls a convoqué à Matignon, ce jeudi 15 octobre 2015, pas moins de 22 ministres et secrétaires d’Etat de l'équipe gouvernemental. Ce rendez-vous auquel a pris part George Pau-Langevin, la ministre en charge des Outremers était essentiellement consacré à l'Outre-mer. Un échange gouvernemental plutôt inédit mais qui n'a débouché sur aucune annonce d'importance.

    L’Outremer invité à Matignon

C’est une première ! Et c'est le service de communication du Premier Ministre qui le dit. Une réunion interministérielle sur l’Outremer s’est tenue ce 15 octobre à l’hôtel de Matignon autour de Manuel Valls. Parmi les poids lourds du gouvernement présents, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, la garde des sceaux Christiane Taubira, le ministre de l’économie Emmanuel Macron ou encore celui des finances Michel Sapin.

Néanmoins, aucun d'entre eux ne s’est exprimé à l’issue de ce rendez-vous d’un peu plus d’une heure. Deux autres ministres d'importance se sont illustrés lors de cette interministérielle. L'un pour son absence, en l'occurrence, le ministre des affaires étrangères et du tourisme Laurent Fabius. Inscrit sur la liste des invités, sa chaise est restée vide. L'autre, le ministre de l’Agriculture Stéphane Lefoll est arrivé en retard.

16 Milliards d’euros pour l’Outremer

Si l'on en croit le communiqué de presse publié par Matignon en début d'après-midi, "cettte première", était, selon la volonté du premier ministre, de "montrer le retour de l'Etat en Outremer".
Manuel Valls qui n'a guère été disert devant les médias à l'issue de cette réunion, laissant George Pau-Langevin, la ministre des Outremers en rendre compte.


En clair, il s’agit d’un échange interministériel sur l’utilisation des dotations étatiques réservées à l’Outremer. Si le ministère de la rue Oudinot dispose d’une enveloppe de 2 milliards d’euros pour mener sa mission, l’ensemble des portefeuilles gouvernementaux peuvent accorder jusqu’à « 16 milliards d’euros » à la politique territoriale ultra-marine, selon George Pau-Langevin.