XL Airways sollicite Air France et l'Etat

Par • Mis à jour le 22/09/2019 - 09:26

La compagnie aérienne low-cost espère se sauver avant son placement en redressement judiciaire ce lundi (23 septembre 2019).

    XL Airways sollicite Air France et l'Etat

XL Airways tente le tout pour le tout. Les actionnaires, la direction et le personnel de la compagnie aérienne ont lancé une bouteille à la mer à destination d'Air France et du gouvernement.

Ils sollicitent une rencontre avec la compagnie aérienne historique et un représentant de l'Etat avant la mise en redressement judiciaire de leur entreprise. "Des solutions de sauvetage, passant notamment par un accord entre l’actionnariat actuel et Air France, tel que d’ailleurs négocié au printemps 2018, existent et sont plus que jamais d’actualité !", peut-on lire dans un communiqué de presse rendu public cette nuit.

Les détails de cet accord n'ont cependant pas été dévoilés. "L’alerte de ces derniers jours, créée par la situation de Aigle Azur et XL Airways, doit interpeller le pays sur l’indispensable concentration que ce secteur doit réaliser. Au lieu de la faire dans la douleur des dépôts de bilan, il est plus judicieux de la réaliser dans un mouvement préventif qui redonnera de la force au Pavillon Français", argumente la direction de la compagnie low-cost qui interpelle également Elisabeth Borne, la ministre du Transport.

En grande difficulté financière, XL Airways a annoncé l'arrêt de ses vols à compter de ce dimanche. La vente des billets est d'ores et déjà suspendue. C'est ce lundi que le tribunal de commerce se penchera sur la situation de l'entreprise.

Tags

Ajouter un commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.