Egalité réelle : fin d'examen à l'Assemblée

Par • Mis à jour le 06/10/2016 - 15:59

Les députés ont terminé dans la nuit de mercredi à jeudi l'examen du projet de loi sur l'égalité réelle Outre-mer.

    Egalité réelle : fin d'examen à l'Assemblée
Il était 1h du matin quand l'hémicycle, où n'étaient plus présents qu'une dizaine de députés, a achevé l'examen de tous les articles et des amendements déposés sur le projet de loi de programmation relatif à l'égalité Outre-mer.

"Je voudrais remercier chacun parce que c'était un exercice particulier, de co-construction et cela ne se fait pas comme ça". C'est avec ces mots que la ministre Ericka Bareigts a clos les débats qui auront duré une quinzaine d'heures sur deux jours.

De son côté, le rapporteur Victorin Lurel, satisfait, a tenu à saluer le travail de ses collègues sur un texte "compliqué".

Ce dernier contient en effet de nombreuses mesures, couvrant un large spectre. Le social avec un versement ajusté du complément familial, de l'assurance vieillesse. L'éducation avec l'expérimentation possible dès la rentrée 2018 de la scolarité obligatoire pour les 3-18 ans, la favorisation des échanges scolaires dans l'environnement régional mais aussi entre les Outre-mer, l'accompagnement pendant cinq ans pour les personnes en formation afin des les inciter à retourner dans les territoires. Le sujet de la santé a aussi été a abordé avec par exemple des opérations de sensibilisation dans les écoles primaires sur les risques d'une alimentation trop riche, la prise en charge par la sécurité sociale d'un accompagnement parental lors de l'évacuation sanitaire d'un enfant, d'aide dans des situations de décès et de deuil.

Les députés ont également voté la fin de tarifs spéciaux à la Poste, une aide au fret, la remise d'un rapport sur le processus de formation des prix des billets d'avions, d'un autre sur les investissements en matière de connectivité. De même, des plans de convergence dans les 10-20 ans sont prévus dans chaque territoire pour rattraper les retards et les inégalités avec l'Hexagone, ainsi que la construction de milliers de logements.

L'Histoire a également eu sa place dans les discussions, avec l'adoption d'amendements qui donnent une meilleure reconnaissance aux dates du 10 et 23 mai en ce qui concerne les commémorations liées à l'esclavage.

Le vote solennel du texte aura lieu mardi prochain à l'Assemblée Nationale.

Aline Druelle
@AlineDruelle

A lire également