Lutte contre l'illettrisme : une nouvelle convention

Par • Mis à jour le 07/10/2015 - 14:30

Une convention de partenariat a été signée entre le ministère des Outre-mer et l'Agence Nationale de Lutte contre l'Illettrisme. Outre-mer, les perosnnes touchées sont 2 à 3 fois plus nombreuses qu'en France hexagonale.

    Lutte contre l'illettrisme : une nouvelle convention
"Notre volonté est de prévenir et d'aider ceux qui se débattent avec ce problème", a déclaré la ministre des Outre-mer lors du renouvellement de la convention avec l'ANLCI, l'Agence Nationale de Lutte contre l'Illettrisme. "Il faut faire face aux difficultés particulières qui se posent Outre-mer, où le nombre de gens en difficulté avec l'écriture et la lecture est plus important".

L'illettrisme touche autant les jeunes que les adultes, qui ne doivent surtout "pas avoir honte et se cacher" . D'où les différents axes de ce partenariat : obtenir davantage de données pour avoir une idée précise de l'ampleur du phénomène, une meilleure coordination des actions, faire en sorte que les enfants aient un apprentissage solide et que ceux en difficulté soient bien accompagnés, une prise en charge des jeunes en formation et des adultes salariés.

"Les apprentis, les stagiaires du SMA, les employés en entreprise...", a précisé le directeur de l'ANLCI Hervé Fernandez. "C'est un axe fort, il faut mobiliser tous ceux qui peuvent leur proposer des solutions".

Prévenir l'illettrisme : le rôle essentiel des adultes

Selon les différents acteurs, la mobilisation des adultes est indispensable dans la prévention. "Nous avons une attention particulière pour les parents car s'ils sont eux-même en difficulté, ils ne peuvent pas aider leurs enfants, a insisté George Pau-Langevin, donc il faut les épauler car c'est un phénomène qui peut se perpétuer de génération en génération".

"Il faut proposer aux parents des solutions de formation en lecture par exemple, pour qu'ils soient plus à l'aise dans le suivi de leurs enfants. S'ils sont mieux armés, l'impact sur la trajectoire scolaire est prouvé", a également expliqué Hervé Fernandez.

Selon les derniers chiffres, environ 34 000 martiniquais (soit 14% de la population) et 55 000 guadeloupéens (25%) sont frappés par l'illettrisme. La Réunion est le département d'Outre-mer le plus touché.

Aline Druelle
@AlineDruelle

A lire également