Déconfinement : les mesures présentées par Edouard Philippe

Par 28/04/2020 - 11:16
01/01/2020 - 00:00

Le premier ministre a présenté ce mardi, les mesures de sa stratégie de déconfinement. Elles rentreront en vigueur à partir du 11 mai 2020.

    Déconfinement : les mesures présentées par Edouard Philippe

« La décrue est lente mais régulière ». C’est par ces mots que le premier ministre a entamé la présentation de sa stratégie de déconfinement devant 75 députés.

Il est longuement revenu sur la période de confinement. « Le confinement a permis d’éviter 61 000 décès », a-t-il précisé.

Si la mesure en vigueur a préservé le système hospitalier, Edouard Philippe a évoqué son effet sur l’économie. « Nous savons qu’un confinement prolongé au-delà du stricte nécessaire aurait pour la nation des conséquences gravissime », a indiqué le chef du gouvernement.

Parlant même d’un risque d’écroulement du pays.

« Il nous faut donc progressivement et prudemment procéder à un déconfinement », a lancé le premier ministre.

La stratégie mise en place par le gouvernement d’Edouard Philippe repose sur plusieurs constats. Le premier est médical. « Nous allons devoir vivre avec le virus dès lors qu’aucun vaccin n’est disponible, aucun traitement efficace, loin de l’immunité collective », a-t-il prévenu.

Le deuxième constat repose sur risque de voir repartir l’épidémie. Le premier ministre a rappelé que la circulation du virus n’est pas uniforme dans le pays. « Cette circulation hétérogène crée des différences entre les territoires. Il est nécessaire de prendre en compte ces différences « , a précisé Edouard Philippe. Une carte des départements et des collectivités sera présentée chaque jour par le ministre de la santé. Les territoires qui y figureront en vert seront sur la bonne voie vers le déconfinement tandis que ceux en rouge s’exposeront au risque d’une nouvelle vague et donc à des mesures plus strictes.

Le premier ministre rencontrera dès demain les associations d’élus locaux et les préfets pour adapter le plan aux réalités de terrain.

Toutefois, Edouard Philippe a prévenu : le déconfinement n'est pas acquis.

 

Protéger-tester-isoler

Protéger c’est éviter d’être infecter et d’infecter les autres par le virus. Cette protection passera par le respect des gestes barrières, de la distanciation physique accompagné du lavage régulier des mains.

« Il faudra y associer le port des masques dans certaines situations », a indiqué le premier ministre. Concernant les masques justement, Edouard Philippe a précisé que les commandes étaient en cours. Les particuliers sont néanmoins invités à confectionner des masques. C’est pour cette raison que les magasins de vente de tissus ont été autorisés à ouvrir.

Des masques lavables et réutilisables seront mis en vente dans les pharmacies et dans d’autres commerces.

5 millions de masques lavables seront également distribués aux plus démunis via les CCAS et les acteurs associatifs.

Au sujet de la politique de test, le chef du gouvernement a indiqué qu’a la sortie du confinement, la France serait en mesure de pratiquer 700 000 par semaine. Ces tests seront étendus aux personnes symptomatiques et personnes contact.

« Pour atteindre cette cible nous avons fait sauter les verrous pour intégrer les laboratoires de recherche et les laboratoires vétérinaires. Les laboratoires privés et publics peuvent également monter en charge. La prise en charge des tests à 100% par l’assurance maladie sera garantie », a dit Edouard Philippe.

En cas de test positif,  tous les cas contacts seront eux aussi testés. « Cette règle exige des moyens considérables. Nous ne pourrons réussir que grâce aux professionnels de santé libéraux », a indiqué le locataire de Matignon.

Une brigade pour gérer les cas contacts sera mise en place. Elle intégrera des professionnels de santé mais aussi des agents du secteur social comme les CCAS.

L’objectif final des tests est d’isoler au plus vite, les porteurs du virus. « L’isolement n’est pas une sanction, pas une punition » a précisé le premier ministre. Les personnes isolées auront le choix de l’être à domicile, ce qui entraînera la quatorzaine de tout le foyer ou dans les lieux mis à disposition comme les hôtels réquisitionnés.

« Notre politique repose sur la responsabilité individuelle », a rappelé Edouard Philippe.

Reprise progressive de l’école

La réouverture très progressive des maternelles et primaires se fera sur la base du volontariat.

"Dans un deuxième temps, à compter du 18 mai, mais seulement dans les départements où la circulation du virus est très faible, nous pourrons envisager d'ouvrir les collèges en commençant par les classes de 6e et de 5e. Nous déciderons fin mai si nous pouvons rouvrir les lycées, en commençant par les lycées professionnels début juin."

>>>Toutes les précisions sur l’ouverture des écoles sont à retrouver ici<<<

Concernant les crèches, elles ne pourront accueillir que 10 enfants maximum. Cette réduction des capacités pose la question des priorités d’accueil. Le premier ministre a suggéré que l’impossibilité de télétravail et que la situation des familles monoparentale devront être prises en compte. Les enfants de soignants et des professeurs devraient également être prioritaires.

La limitation de la capacité d’accueil sera accompagnée du port du masque pour les professionnels de la petite enfance.

Les commerces autorisés à ouvrir le 11 mai

Edouard Philippe était aussi attendu sur le volet de la vie économique. Les commerces seront autorisés à ouvrir le 11 mai. Toutefois, le port du masque grand public est recommandé pour les employés et les clients et la limitation du nombre de personnes sera de rigueur dans les magasins. Il s’agit de faire respecter la distance d’un mètre entre les personnes. Un commerçant pourra imposer le port du masque dans son magasin.

Les préfets pourront interdire l’ouverture des centres commerciaux de plus de 40 000 mètres carrés si ils provoquent des rassemblements trop importants de personnes et des mouvements entre départements.

Les marchés seront en général autorisés sauf si les maires ou les préfets estiment qu’ils ne peuvent être organisés dans des bonnes circonstances.

Les  cafés, les restaurants, les bars devront quant à eux attendre la fin du mois de mai pour savoir si oui ou non, ils pourront reprendre du service.

 

Le dispositif allégé du chômage partiel sera maintenu en place jusqu’au 1er juin.

Dans les transports, le port du masque sera obligatoire dans les métros comme dans les bus.

Les bus scolaires pourront circuler si ils suivent la règle d’occupation d’un siège sur deux. Le port du masque sera obligatoire pour le chauffeur et les élèves à partir du collège.

Le premier ministre a indiqué que la stratégie du gouvernement était de réduire les déplacements entre départements sauf pour  motif impérieux de travail ou familial. Une attestation dérogatoire sera nécessaire pour les déplacements allant au-delà de 100 kilomètres du domicile.

Edouard Philippe a cependant demandé aux entreprises de maintenir de le télétravail tant que c'est possible.

Retour de la vie sociale

Le premier ministre s’est également longuement exprimé sur le retour de la vie sociale. Il a rappelé que l’après confinement serait un « régime de liberté dans lequel nous devons fixer des exceptions ».

Ainsi les rassemblements publics et privés ne pourront excéder 10 personnes. La pratique du sport sera toujours limitée aux sports individuels.

Les cinémas, les théâtres et les grands musées devront également rester fermés pour le moment.

>>>Toutes les mesures concernant la vie sociale sont à retrouver ici <<<

 

Tags

Ajouter un commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.