Tensions, barrages routiers et racket à Saint-Martin

Par 10/11/2021 - 08:30 • Mis à jour le 10/11/2021 - 08:28

La situation est particulièrement tendue à Saint-Martin depuis une semaine. Les barrages se multiplient dans certains quartiers populaires de la partie française de l'île.

    Tensions, barrages routiers et racket à Saint-Martin

La tension était persistante mardi sur l'île antillaise de Saint-Martin où le Préfet Serge Gouteyron et le président de la Collectivité Daniel Gibbs sont allés à la rencontre des manifestants sur un des barrages bloquants, selon un correspondant de l'AFP.

Estimant sa visite "nécessaire", le préfet a tenté de formuler des "propositions concrètes" pour répondre aux doléances des protestataires qui s'insurgent notamment contre l’absence d’un bureau de poste au Quartier d’Orléans, l’absence d’offre de formations adaptées aux besoins et à la jeunesse du territoire ou encore la privatisation des plages.

Depuis début septembre, la situation s'est tendue sur l'île où deux axes majeurs sont bloqués par des barrages. Résidents et touristes y sont régulièrement victimes de racket pour poursuivre leur chemin.

Pour Lenny Mussington, porte-parole du Collectif des manifestants, le "chômage, la pauvreté, la discrimination à l'embauche" sont les ingrédients de la colère qui agite les secteurs de Sandy Ground et Quartier d'Orléans depuis jeudi.

Les protestataires ont indiqué vouloir maintenir leur mouvement après la visite du préfet. La veille, le haut fonctionnaire avait convié les élus territoriaux et les parlementaires afin de trouver une solution pour lever les blocages sans en arriver à la confrontation.

Depuis, près de 7 jours, la circulation est complètement bloquée dans le quartier d'Orléans. Les quatre écoles et le collège ont dû fermer leurs portes mardi. Les parents ont été invités à garder leurs enfants à la maison.

Tags