Fifty Shades of Racism : un mouvement pour lutter contre le racisme

Par 20/09/2018 - 15:45 • Mis à jour le 20/09/2018 - 15:45

Suite à une agression physique et raciste, la blogueuse belge d’origine haitienne Gaelle Van Rosen a lancé le mouvement Fifty Shades Of Racism. Un projet destiné à libérer la parole et dénoncer toutes les nuances de racisme.

    Fifty Shades of Racism : un mouvement pour lutter contre le racisme

En juillet dernier, alors qu’elle assiste à un événement professionnel dans une boite de nuit à Knokke, en Belgique, la blogueuse Gaelle Van Rosen est victime d’une agression physique et raciste de la part des patrons de l’établissement.

Blessée, l’influenceuse belge témoigne alors sur ses réseaux sociaux. Elle diffuse la vidéo de l’agression et montre son bras couvert de contusions.

« Gaëlle, ça ne sert à rien de parler ou de porter plainte, on n’obtient jamais justice en cas de racisme »

Voilà ce qu’elle entend après le récit de son agression.

 

Gaelle Van Rosen

Cette jeune maman métisse d’origine haïtienne est très choquée par la violence dont elle a été victime. Pourtant au-delà de la plainte et de la médiatisation de ces actes, Gaelle Van Rosen ne veut pas que son expérience soit une agression raciste de plus dont l’issue sera vaine. La jeune femme souhaite que cette histoire soit le point de départ d’une initiative positive.

Deux mois plus tard, l’influenceuse belge vient de lancer le mouvement Fifty Shades Of Racism.

Le but ? Libérer la parole et dénoncer toutes les formes de racisme.

Tous les jours, une vidéo est publiée sur les réseaux sociaux de Fifty Shades of Racism.

Un témoignage dans lequel, quelqu’un accepte de raconter une expérience raciste dont il a été victime.

De l’agression la plus violente au racisme ordinaire, Gaelle Van Rosen veut éveiller les consciences et interpeller l’opinion publique sur des faits encore bien trop souvent tolérés voir banalisés.

La jeune femme enjoint toutes les victimes de racisme à venir elles aussi à témoigner ou apporter leur soutien. Pour que la honte finisse peut être un jour par changer de camp.

Cette jeune maman est bien décidée à faire évoluer les mentalités à son échelle pour améliorer le monde dans lequel vont grandir ses enfants.

À lire également