Stromae : un concert à son image entre émotion et dérision

Par • Mis à jour le 22/04/2015 - 21:34

Stromae se livrait le 21 avril lors d'une conférence de presse à l'Auberge de la Vieille Tour. L'artiste a présenté son concert qui se déroulera ce soir au Stade des Abymes. Les promesses : de l'émotion et de la dérision.

    Stromae : un concert à son image entre émotion et dérision
Mardi 21 avril fin de soirée Auberge de la Vieille Tour. L’information est passée. Stromae répondra aux questions des journalistes guadeloupéens. Voilà le parterre assis attendant celui que l’on surnomme "le nouveau Jacques Brel ". 19h Le chanteur à la silhouette longiligne se présente. L’allure enfantine, le look toujours aussi affirmé : un gilet jaune avec l’effigie d’une Tortue Ninja. On le reconnait bien là. Ce soir dès 21h, au stade des Abymes l'artiste signera la fin de son Racine Carrée Tour, avant de reprendre pour une tournée en Afrique.

" J'aime le dosage"

Sa musicalité n’est rien d’autre qu’un juste équilibre, un mélange entre ses différentes influences. "J ’aime le dosage", a-t-il lancé. Enfant du Hip Hop, Stromae raconte son rapport éclectique avec la musique. Rumba congalaise, salsa "c’est la musique des parents. Mais j’ai appris à les écouter, à les danser". Et le zouk ? C’est en citant le groupe Kassav comme une référence que l’artiste semble pouvoir en parler le mieux.

"Je suis un artisan de la musique"

Stromae apprend tout juste à découvrir la musique de nos îles, enfin presque… "J'avoue ne pas connaître grand-chose de la Guadeloupe à part Kassav et Kalash. Euh non il est Martiniquais! C'est fait". Il rebondit avec humour. On lui pardonne. Conteur d’histoires de vie, le verbe du prodige belge est acerbe et les titres comme Tous les mêmes et Carmen sont des satires, des critiques de la société. Alors, survient une question : êtes-vous un artiste engagé ? Il préfère répondre avec humilité : "Le mot artiste me dérange. Je me vois plutôt comme un artisan de la musique".

"Le succès met la pression"

Véritable succès son deuxième album Racine Carrée conçu sans "calcul mainstream" est sorti en 2013. Il s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires. "Je n’explique pas ce succès, j’ai l’habitude de dire que l’album est le même avant et après son succès" a-t-il précisé. Cependant, même si l’artiste ne sais pas toujours si il a les pieds sur terre, il reconnait avoir peur de l’après. "Le succès met la pression. C’est le retour à la maison qui sera le plus difficile. D’ailleurs, il y avait une espèce d'anonymat aux Etats-Unis que je n'ai pas en Europe, qui fait une balance. Et je pense que ça fait du bien".


Les concert passent mais ils ne se ressemblent pas

Ce qui attend les fans guadeloupéens, martiniquais et guyanais ce vendredi 22 avril c’est du divertissement."Des pleures, du ridicule, de la danse. Le ridicule je pense que je suis assez fort pour ça" indique le jeune belge. Ce sont des tableaux et les émotions de la vie qui façonneront ce concert unique. Et si le chanteur de Papaoutai a quelques appréhensions, elles ne concernent que l’accueille de son public. "On change d'endroit et forcément de public. Ce n'est jamais gagné".

Anaëlle Edom


Quelques infos pratiques

-16h : ouverture des portes/ Placement libre
- Animation DJ NRJ : DJ Killer, DJ Mister JO
- 21h00 : Lancement du show Stromae
- 22h30 : fin du concert