Conjoncture : le marché du travail subit le contrecoup de la crise

Par 21/01/2021 - 11:22
01/01/2020 - 00:00

La DIECCTE a publié ce mercredi, la note de conjoncture emploi-marché du travail pour le troisième trimestre 2020. Après une année 2020 très difficile sur le plan économique, les premiers effets de la crise sanitaire semblent se faire ressentir avec des offres d’emploi en baisse et licenciements en augmentation.

    Conjoncture : le marché du travail subit le contrecoup de la crise

Ce sont peut-être là, les conséquences des mois de confinement et des fermetures appliquées dans certains secteurs en 2020. La baisse est générale. Ainsi, en Guadeloupe, au troisième trimestre 2020, l’emploi salarié privé diminue de 0,4% sur un an. Il avait déjà diminué de 2,3% au deuxième trimestre.

Les promesses d'embauche en chute libre 

Une baisse qui touche le secteur de l’intérim avec le nombre de contrats signés qui diminue de 4,8% et le volume d’emploi correspondant de 8,7%.

En fin de trimestre, l’effectif en intérim baisse de 5,9% sur un an. Il en va de même pour le nombre de déclarations préalables à l’embauche qui chute de 9,8% par rapport à la même période en 2019. Même constat à Pôle Emploi où le nombre d’offres se réduit sur un an.

Néanmoins le nombre d’offres durables c’est-à-dire de plus de six mois, progresse de 25,2% et le nombre d’offres non durables, soit des contrats d’une durée de moins de 6 mois, baisse de 31,0%.

Des licenciements économiques en augmentation

Au 3ième trimestre, Pôle Emploi comptabilise 290 licenciements économiques. Cela représente une augmentation de 16,% sur un an.

Par ailleurs, le nombre de ruptures conventionnelles homologuées par la DIECCTE Guadeloupe atteint 1 003 sur le trimestre, soit une augmentation de plus de 30 % sur un an. Dans le même temps, si la demande d’emploi de catégorie A baisse, les demandeurs d’emploi sont toujours plus nombreux chez les jeunes et les plus de 50 ans.

Chez les demandeurs les plus jeunes, les moins de 25 ans, l'augmentation atteint 3,2%. Pour les demandeurs les plus âgés, dans la tranche des 50 ans et plus, elle est de 1,8%.

Tags