Face à la crise, le marché immobilier reste dynamique, mais incertain

Par 23/11/2020 - 06:00
01/01/2020 - 00:00

La crise économique s'étend progressivement à tous les secteurs et l'incertitude prédomine pour les prochains mois. Dans ce contexte, qu'en est-il de l'immobilier? Dans un marché local qui répond à des caractéristiques bien particulières, l'épidémie a stimulé la demande et les ventes, mais cela ne va peut-être pas durer.

    Face à la crise, le marché immobilier reste dynamique, mais incertain

S'il y a bien une certitude sur le marché local, c'est que le coronavirus n'a pas refroidi les acheteurs potentiels. Selon l'observatoire de l'immobilier Guadeloupe, la demande a même fortement augmenté, notamment le mois dernier et ce tous types de bien confondus, même si la recherche s'oriente plus vers les maisons.

Le confinement aura sans doute donné envie d'espace et en ces temps de crise, l'immobilier constituant une valeur refuge, cela stimule les envies avec la perspective de faire fructifier une épargne à l'avenir incertain. 

Ventes longues

En revanche, et c'est traditionnel ici, l'offre ne suit pas. Le déséquilibre est très accentué et le marché est donc nettement favorable aux vendeurs. On pourrait alors imaginer que les prix sont tirés vers le haut, mais ce n'est pas forcément le cas et c'est une particularité locale, le temps de vente est long, en moyenne 26 semaines actuellement, il a même tendance à s’allonger, et près de 77% des biens se négocient à la baisse.

Car entre vouloir et pouvoir d'achat, il y a une nette différence, encore plus marquée par la frilosité des banques. En cette période difficile économiquement, les financements ne sont pas simples à boucler et pour obtenir un prêt, il faut désormais un apport obligatoire, des emprunts limités dans le temps et surtout rester dans les clous du taux d'endettement à 33%. Autant de contraintes qui freinent un peu un marché local qui a malgré tout enregistré une hausse de ventes cette année, mais pour combien de temps? Cela pourrait dépendre de l'intensité d'une crise qui ne fait que commencer.

Craintes des professionnels

Les prochains mois pourraient toutefois être difficiles pour les professionnels. L'incertitude liée à l'ampleur et la durée de la crise économique ne permettent pas de se projeter. Pour Olivier Paris,  directeur de l'Observatoire de l'Immobilier de Guadeloupe, il faut une volonté politique pour clarifier la situation.

Les conditions d'accès à l'emprunt ont été renforcées et de nombreux dossiers sont désormais refusés. Une situation que déplore Denis Diaz, propriétaire de l'agence 1,2,3 Web Immo.

 

Tags