Internet à très haut débit : où en sommes nous ?

Par 05/10/2018 - 14:21 • Mis à jour le 05/10/2018 - 14:21

Si la Région a lancé son projet de fibre optique pour les zones blanches, les opérateurs privés ne sont pas en reste. Ils ont à charge de développer leurs réseaux d’internet à très haut débit dans les zones grises.

    Internet à très haut débit : où en sommes nous ?

En dehors des zones blanches et du projet de DSP de la Région Guadeloupe, une question se pose : quelle est la part d’implication des opérateurs privés ? Rappelons qu’ils poursuivent le développement de leurs propres réseaux dans les zones grises de l’archipel avec 13 communes et leurs offres. Petit tour des opérateurs d’internet fixe avec Canal Télécom pour commencer. Comme l’ensemble des opérateurs, Canal poursuivra le développement de la fibre avec des travaux à venir à Baie-Mahault ou Gosier dés l’an prochain.

Thomas Jayet, Directeur Générale de Canal Plus Télécom :

L’opérateur historique, Orange, poursuivra son extension du très haut débit après Petit-Bourg, Basse-Terre et Pointe-à-pitre. A terme, cela représentera 124 000 prises raccordables. Thierry Kergall, Directeur Général Orange Antilles-Guyane :

C’est le cas aussi de SFR Caraïbe qui poursuit le déploiement de sa fibre optique. L’opérateur suit bien entendu avec attention le projet de la Région. SFR Caraïbe a toutefois son petit plus, le très haut débit via le réseau de téléphonie mobile et une 4G Box. Frédéric Hayot, Directeur Général Délégué de SFR Caraïbe :

Il existe aussi une solution palliative : le satellite. Quelque soit l’endroit de l’archipel, en 48 heures, vous pouvez vous connecter à internet. C’est ce que propose Carib Sat. Oleg Baccovich, associé Carib Sat Antilles-Guyane :

Un cas particulier dans l’archipel : la commune de Ste Anne. En effet, elle dispose depuis plusieurs années d’un dispositif de fibre optique ; elle était avant-gardiste en son temps. Christian Baptiste, le maire de Sainte Anne :