Le melon de Guadeloupe est en mal d’export

Par 18/03/2016 - 16:25 • Mis à jour le 18/03/2016 - 16:25

L’écoulement du melon guadeloupéen sur le marché français est sérieusement impacté par les productions venues d'Afrique. Et pour cause, ces fruits sont bien moins chers que ceux produits aux Antilles.

    Le melon de Guadeloupe est en mal d’export
Depuis 1984, le melon fait rayonner la production guadeloupéenne sur les étals des magasins de l’hexagone. En effet, notre melon a toujours été reconnu pour sa qualité et s’écoulait régulièrement au sein des grandes chaînes de distribution.

Mais, ces dernières années, la donne a changé. Le melon de Guadeloupe doit faire face à une concurrence sérieuse venant du Maroc ou encore du Sénégal. Des fruits bien moins chers que ceux produits aux Antilles. Pour Jean-Marie Gobardhan de Caraïbes Melonniers, le melon de Guadeloupe peut faire la différence avec un atout la qualité.

" (...) le Maroc ou le Sénégal se placent sous le marché français et européen en meilleur position que nous tout en ayant un melon d'un point de vue qualitatif qui soit moins compétitif que le notre".

La concurrence africaine et le froid sévissant en Europe sont les facteurs qui ont ralenti la vente de notre melon en hexagone. Du coup, la production menaçait de pourrir sur place. Les professionnels ont dû réagir. Ils ont sollicité, la Région Guadeloupe et le Département.

Les deux collectivités territoriales ont de ce fait décidé d’accompagner la distribution des fruits dans les communes de Guadeloupe, un ouf de soulagement pour les producteurs.

Mais, le combat des agriculteurs ne prendra pas fin de si tôt. Les pays d'Afrique bénéficieraient grâce à des accords de coopérations économiques à une ouverture des frontières européennes pour écouler leurs fruits. Au regard de ces accords, Jean-Marie Gobardhan en est sûr les producteurs guadeloupéens sont oubliés.