Les Guadeloupéens n'ont pas la tête aux vacances, selon une étude Qualistat

Par 17/08/2020 - 10:07
01/01/2020 - 00:00

Une étude Qualistat réalisée à la fin du mois de juillet pour le Comité de Tourisme des Îles de Guadeloupe a sondé les intentions de vacances des Guadeloupéens et la perception du tourisme dans ce contexte de crise sanitaire. Ce secteur est jugé essentiel, mais les programmations de séjour sont moroses.

    Les Guadeloupéens n'ont pas la tête aux vacances, selon une étude Qualistat

Cette étude a été menée sur un échantillon représentatif de 406 personnes. On y apprend que les projets de séjour ont été largement touchés par la crise sanitaire, mais en même temps, que le tourisme est jugé essentiel pour la relance économique. Cité par 70 % des sondés, il occupe même la première place des secteurs moteurs pour notre développement.

Par ailleurs, 92 % des Guadeloupéens considère que la relance de ce secteur est indispensable pour l'emploi et ils sont 90 % à l'estimer comme essentiel pour notre économie. Cette impression ne dissipe toutefois pas les craintes, puisque 64 % des personnes interrogées a peur que les voyages soient un facteur de propagation virale.

Une impression que l'on retrouve aussi des les tendances puisque plus de sept sondés sur dix sont favorables à l'accueil des vacanciers, mais 52 % réclame des tests PCR pour ces passagers et 18 % estime que le respect strict des gestes barrières doit leur être imposé. La troisième condition d'accueil est la provenance d'un pays où l'épidémie est contrôlée, précaution citée par 17 % de l'échantillon.

La croisière en recul ?

Secteur très critiqué lors de l'arrivée des premiers cas de coronavirus au mois de mars dans nos îles, la croisière pâtit sérieusement de cette crise sanitaire. Trois personnes interrogées sur cinq sont contre un début de la saison à la fin de cette année 2020. Ils sont 91 % à affirmer qu'ils n'envisagent pas d'embarquer prochainement sur un de ses hôtels des mers.

Parmi la faible proportion qui pourrait envisager un séjour en paquebot, la perspective semble plutôt se présenter d'ici 12 à 24 mois pour les compagnies, puisque près d'un tiers d'entre-eux se projette à cet horizon.

Le local s'en tire le mieux 

Dans le détails des intentions de vacances de nos compatriotes, on découvre qu'une part de 47 % des Guadeloupéens a changé de plans en raison de la crise sanitaire et qu'ils sont nombreux à ne pas envisager de séjour prochainement. Seul 17 % de l'échantillon prévoit un départ, 34 % profitera de repos à la maison et 49 % préfère ne pas poser de vacances en cette période. 

Le tourisme extérieur est largement touché, puisque 9 % des sondés seulement a fixé le cap loin de l'archipel et la France hexagonale en tire la plus grosse part avec 55 % de ces voyages.

Des séjours qui ne seront peut-être pas très lucratifs pour les professionnels, étant donné que 68 % des personnes interrogées prévoit de rester chez des proches, pour en moyenne 12,5 jours et avec un budget d'un peu plus de 1000 euros.

Pour ceux qui font le choix de rester sous nos latitudes, le budget est un peu inférieur (environ 700 euros), les vacances seront moins longues (8,5 jours) et ce sont les gîtes qui attirent le plus la clientèle locale avec environ 1/3 des intentions de réservation. Enfin, pour ce qui est des destinations les plus prisées chez nous, c'est la Côte-Sous-le-Vent (31 %) et Marie-Galante (21 %) qui sont plébiscités.

Tags

Ajouter un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.