Une situation économique contrastée en Guadeloupe

Par 17/05/2016 - 20:33 • Mis à jour le 17/05/2016 - 20:33

Les derniers indicateurs conjoncturels de la Guadeloupe ont été publiés par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) l'IEDOM et les douanes. Ils révèlent une situation économique contrastée.

    Une situation économique contrastée en Guadeloupe
C'est une tendance dans notre département. L'indicateur du nombre de créations d'entreprise est orienté.

A la fin du mois de février 2016, environs 800 nouvelles entreprises ont été créées en Guadeloupe, hors entrepreneurs.

Ce chiffre est en hausse de 5% en glissement annuel selon le dernier rapport l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), de l''Institut d'émission des départements d'outre-mer (IEDOM) et des douanes.

Pour le seul mois de janvier 2016, 378 entreprises ont ainsi vu le jour dans notre département, soit 17% comparé à janvier 2015.

BTP, commerces ....

Révélateur des tensions pesant sur le bâtiment et le secteur de la construction les ventes de ciment restent orientés à la baisse. Un peu moins de 50 000 tonnes en cumul annuel fin mars, soit 3% de moins qu'en 2015 à la même période.

Concernant, le commerce extérieur en fin février 2016, les exportations en cumul se chiffraient à un peu plus de 28 millions d'euros (en repli de 10%) tandis que les importations s'établissait toujours en cumul à près de 200 millions d'euros.

Elles sont en baisse étrangement de 46% en glissement annuel. Cette dégradation se fait ressentir en tout cas sur les ventes de véhicule ou le nombre d'immatriculation nouvelles s'établissant fin mars à 3646 (en repli de 2%).

La comparaison de ces mêmes ventes entre mars 2015 contre mars 2016 est encore plus parlante (-11%). Le contexte aurait pu laisser présager une dégradation des finances des ménages guadeloupéens.

Mais la tendances est l'amélioration. Pour conclure, deux indicateurs semblent ne pas connaître la crise. Il s'agit du trafic aéroportuaire, près de 650 000 passagers à la fin du premier trimestre en cumul annuel, soit une hausse de 10%.

Le trafic maritime n'est pas en reste aussi bien en ce qui concerne les marchandises que pour le passagers avec des chiffres en hausse respectivement de 7% et de 2% toujours en glissement annuel.