Vers une filière canne plus compétitive sur le marché caribéen

Par • Mis à jour le 28/03/2018 - 08:32

Un rendez-vous organisé par le GIE Canne, le Groupement d’Intérêt Economique, s’est tenu le mardi 27 mars 2018 à Perrin Abymes au restaurant « An Kann La ». Des professionnels de la canne étaient présents pour parler des problématiques liées à la filière c'est-à-dire la question des quotas, coût de production, cours du sucre ou récolte à venir.

    Vers une filière canne plus compétitive sur le marché caribéen

Le GIE Canne, le Groupement d’Intérêt Economique, s’est réuni ce mardi 27 mars 2018 à Perrin Abymes au restaurant « An Kann La ». Les professionnels de la canne étaient présents pour parler des problématiques liées à la filière c'est-à-dire la question des quotas, coût de production, cours du sucre ou récolte à venir. 

Il a également été question du démantèlement de l’OCM, l’Organisation Commune du Marché du sucre.

En résumé, il n’y aura ni quota de production, ni quota d’exportation, ni prix de soutien, mais un seul prix du sucre pour tout le monde (il existera un seul cours du sucre).

Les acteurs de la filière sont dans l'expectative au sujet de l'évolution de filière canne sur les dix prochaines années et s'interrogent sur la capacité du marché local à s'adapter à ces changements.

Pour Alex Vitalis, directeur de la SICAGRA, les producteurs de la canne doivent être compétitifs tant sur le volet agricole qu'à l'échelle industrielle. 

 

 

 

 

Du côté des planteurs, on s'interroge aussi sur cette fin annoncée des quotas sucriers.

Christophe Jacques-Charles est planteur de canne sur le GFA de Belle-Plaine aux Abymes. Pour lui, la Guadeloupe peut rivaliser mais les problèmes d'irrigations ainsi que la fin des quotas sucriers sont des freins à l'évolution de la production.