Ilet Pérou: quels sont les risques dénoncés par la FAPEG ?

Par • Mis à jour le 21/03/2018 - 14:59

Les parents du groupe scolaire de l’îlet Pérou, à Capesterre Belle-Eau, attendent de savoir quel sort sera réservé aux élèves et enseignants des écoles maternelle et primaire. Une réunion avec le maire est prévue demain à 16h30. La FAPEG (fédération des parents d’élèves) demande que les 140 élèves n’aient pas à retourner dans ces écoles à cause des risques encourus.

    Ilet Pérou: quels sont les risques dénoncés par la FAPEG ?

 

Un rapport vieux de 10 ans

Les risques encourus sont des risques sismiques que les parents d'élèves viennent de découvrir, selon le président Michel Gédéon, président de la FAPEG. Alors que le rapport cité, intitulé "Evaluation et analyse du risque sismique, de la pertinence des renforcements et des priorités d'intervention sur le parc des écoles publiques de la Guadeloupe", date d’il y a 10 ans. Il a été réalisé par les cabinets Géoter et Hauss pour le compte de l’Association des Maires de la Guadeloupe, en 2008-2009.

Selon ce rapport, en fonction du bâtiment concerné, la présomption de vulnérabilité de l’école élémentaire de l’îlet Pérou est classée comme « extrême » ou « très forte » pour un risque de niveau « inacceptable ». Toujours pour l’école élémentaire, il est recommandé dans ce rapport, de "reconstruire" un bâtiment et d’en "renforcer" un autre, pour un coût total de plus d’un million d’euros.

Concernant l’école maternelle, mêmes risques « extrême ou très fort » et mêmes orientations évoquées : renforcement ou reconstruction selon le bâtiment. Mais ce rapport, rappelons le , date d’il y a 10 ans et évoque la situation de tous les établissements de la Guadeloupe. Certaines municipalités ont d’ailleurs reconstruit des écoles concernées par de tels risques.

Pour la FAPEG, un rapport "jamais vu"

Michel Gédéon, président de la FAPEG, explique avoir appris l’existence de ce rapport quand il a été évoqué le 18 février dernier, au moment de l’annonce officielle de la fermeture des écoles. Un rapport "jamais vu", dit il, et qui n’a selon lui "jamais été évoqué" ces 10 dernières années "en conseil d’école". Avec cette question : pourquoi la mairie n’a-t-elle pas fermé l’école plus tôt ?

"Manipulation" rétorque la mairie, pour qui la fermeture de l’école et les risques évoqués dans ce rapport étaient connus et annoncés depuis longtemps. La mairie qui dit vouloir reconstruire une nouvelle école d’ici quelques années.

Pour une délocalisation immédiate des enfants

Les parents d’élèves demandent une délocalisation immédiate des enfants dans d’autres écoles, c’est-à-dire non pas un simple transfert des seuls enfants, comme cela était envisagé pour septembre, mais le déménagement de toute l’équipe éducative et des 7 classes de l’îlet Pérou (5 en élémentaire, 2 en maternelle) afin d'avoir, au final, des écoles différentes, qui partagent les mêmes murs mais avec "chacune leur direction".

La question de la sécurité est évidemment mise en avant pour étayer cette demande urgente, mais pour la municipalité c’est aussi une façon de protéger, certains « proches » membres du corps enseignant, qui seraient ainsi assurés de garder leur poste.