Une étude scientifique établit un seuil de détection de la brume de sable

Par • Mis à jour le 07/03/2020 - 05:00

Dans une étude scientifique qui vient de paraître dans la revue internationale "Atmospheric Environment", une jeune chercheuse antillaise établit un seuil de détection de brume de sable qui apporte un éclairage nouveau sur ce phénomène dans la Caraïbe.

    Une étude scientifique établit un seuil de détection de la brume de sable

Lovely Euphrasie-Clotilde, une jeune chercheuse antillaise, post doctorante au sein du laboratoire privé Karusphère, a établi que le seuil de détection de la brume de sable, ou brume de poussières, pouvait être, dans la Caraïbe, du fait de conditions climatiques et atmosphériques particulières, de 35 microgrammes de PM10/ m3 (NDLR : cela concerne les niveaux de concentrations des particules fines PM10). Selon elle, plusieurs événements de brume de sable dans l’année ne sont pas communiqués faute d’un seuil adéquat pour cette zone, qui dépend des normes européennes. En effet, actuellement, les normes européennes imposent de déclencher une procédure de communication sur la mauvaise qualité de l'air à partir de 50 microgrammes/ m3, et une procédure d’alerte à la pollution à partir de 80 microgrammes/ m3. Le travail de Lovely Euphrasie-Clotilde, effectué durant sa thèse à l’Université des Antilles et en collaboration l’Université de Valladolid , en Espagne, a été publié fin février, dans la revue internationale Atmospheric Environment.

 

 

Tags

Ajouter un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.