Braconnage en plein coeur de parc: un élu du comité des pêches inquiété

Par 04/06/2019 - 17:51 • Mis à jour le 04/06/2019 - 17:51

Le 22 mai dernier, c'est un élu du comité des pêches qui avait posé le filet illégal remonté par les gendarmes à l'Ilet Fajou. Information confirmée par le comité lui-même qui doit bientôt se réunir pour évoquer l'affaire.

    Braconnage en plein coeur de parc: un élu du comité des pêches inquiété

Le mercredi 22 mai 2019 à 10h10, c'est par hasard, dans le cadre d'un stage que des militaires effectuant une plongée dans la réserve de l’îlet Fajou ont découvert, un filet posé le long du tombant de la réserve avec un marquage surface. La zone est interdite à la pêche. Le filet est remonté. De nombreux poissons y sont découverts mais aussi un requin nourrice  d’environ 1,50 mètre. Encore vivant, il est libéré et relâché. Mais une tortue verte n'a pas survécu à sa rencontre avec ce filet illégal. L'article intégral du 24 mai dernier relate la teneur de cette prise. Cette affaire aurait pu être une nouvelle affaire de braconnage sauf que l'identité de celui qui a posé le filet n'est pas anodine. Il s'agit d'un élu du comité des pêches: Jean-Michel Landre. Ancien vice-président du comité. 

Le Parc national a décidé de se porter partie civile. Maurice Anselme, le directeur du Parc National réagit au micro de Stéphanie Sérac 

 

Le comité des pêches : entre deux feux

Quant à Charly Vincent, le président du comité des pêches de Guadeloupe, qui avait annoncé se constituer partie civile, la semaine dernière, il semble que les membres élus au comité veuillent obtenir plus d'informations sur les circonstances exactes de cette prise avant de lui donner mandat de se constituer partie civile au nom du comité. Une réunion prévue ce mardi a été reportée sine die pour le moment. En attendant, Charly Vincent indique que ce n'est en aucun cas la responsabilité du comité des pêches qui est mise en cause. 

 

L'élu va-t-il être sanctionné par son comité ? Il est trop tôt pour le dire. Mais pour l'heure, en terme d'image, cette information est catastrophique. Le Parc National travaille en étroite collaboration avec le Comité des pêches pour le respect des zones de pêche. Et cette affaire fait clairement tâche dans la politique définie qui vise à faire respecter par tous les pêcheurs les zones d'interdiction.