Crash d'avion aux Saintes : une double enquête

Par • Mis à jour le 02/05/2018 - 12:20

La femme blessée lors du crash d’un avion aux Saintes mardi matin est toujours dans un état grave. Evacuée après l’accident avec un pronostic engagé. Les deux autres occupants dont un enfant se portent mieux. Place maintenant à l’enquête qui se joue sur deux fronts : l’aspect judiciaire confié aux gendarmes aériens et l’aspect sécurité pour les experts de l’aviation civile qui doivent arriver du Bourget prochainement.

    Crash d'avion aux Saintes : une double enquête

Aux dernières nouvelles, la femme de 53 ans était toujours dans un état jugé sérieux. Elle est en soin au centre hospitalier avec une grave blessure à la tête. Les deux autres occupants de l’appareil vont mieux, le pilote et l’enfant de 9 ans qui avaient pu sortir de l’engin. Rappelons qu’il a fallu désincarcérer la victime la plus atteinte, elle était coincée entre son siège et le moteur de l’avion qui s’était enfoncé dans le cockpit. C’est dans l’axe de la piste d’atterrissage que ce monomoteur aurait heurté de son aile, la branche d’un poirier, à proximité des habitations.

Un vol anormalement bas

Pourquoi volait-il aussi bas ? C’est la question que se posent les enquêteurs, le procureur de la république du chef lieu a chargé la Brigade de Gendarmerie des Transports Aériens (BGTA) de faire la lumière sur cet accident sur l'aspect judiciaire. Du côté sécurité pour qu'un tel fait ne se reproduise, ce sont les agents du Bureau d'Enquête Analyse (BEA) qui se chargeront des investigations techniques. Trou d’air ? Problème matériel ? On n’en sait pas plus pour l’instant mais l’homme qui pilotait l’avion aurait selon nos informations une solide expérience en la matière, il travaillerait dans le secteur aérien en tant que contrôleur.

Une cellule d'aide psychologique

Le Cesna en provenance de l’aérodrome du Raizet avait malencontreusement touché la cime de l’arbre peu après le Pain de Sucre, vers 10h20 ce mardi. Les victimes ont les heures suivantes dû être évacuées par hélicoptère Dragon 971. Notez pour finir, que le Maire de la commune a décidé de mettre en place une cellule d’aide psychologique à l’attention des habitants saintois qui ont évité la collision de quelques dizaines de mètres.