Des forcenés à Port-Louis et au Moule

Par • Mis à jour le 04/02/2017 - 17:45

On déplore deux interventions musclées à Port-Louis vendredi soir puis au Moule ce samedi matin. Dans les deux cas les gendarmes ont du faire face à des forcenés violents, l’un n’ayant pas toute sa tête et armé d’un coutelas, l’autre s’est permis lors de l’interpellation, de mordre jusqu’au sang un des militaires. Tous les deux ont été maîtrisés. Notez par ailleurs qu'une mobilisation de riverains s'est tenue ce samedi à Bonne-terre Morne à l'eau. Des personnes décrites comme instabless'adonneraient depuis des mois à des actes violents à l'encontre de personnes âgées.

    Des forcenés à Port-Louis et au Moule
Deux agressions à l’encontre de gendarmes à déplorer. Tout d’abords à Port-Louis dans la nuit, un déséquilibré mental devait faire l’objet d’une hospitalisation d’office sur demande de sa famille. Mais lorsque le SAMU est arrivé, l’homme s’est énervé et a refusé le transport. Les gendarmes ont donc été appelés. Le forcené ne s’est pas laissé faire et a continué à vociférer. Les militaires ont du faire usage de la force car il était armé d’un coutelas. L’individu a reçu plusieurs coups de taser avant d’être maîtrisé au sol. Il a ainsi pu être transféré vers un établissement spécialisé.

Un autre cas au Moule

Ce saemdi matin encore, les gendarmes rattachés à la même compagnie, ont du faire face à un autre homme toujours très nerveux. A la base, il s’agissait d’une simple alterction entre une tante et son neveu dans le secteur de Changrier au Moule. La femme reprochait à ce dernier un vol d’argent à son domicile. Les militaires ont encore une fois du intervenir. Le mis en cause s’est lui aussi emporté, il a violemment mordu et griffé un des agents durant l’intervention. Le forcené a lui aussi été maîtrisé non sans difficulté. Il est actuellement en garde à vue dans les locaux de Gendarmerie.

Et encore à Morne à l'eau

Les riverains du quartier de Bonne-Terre à Morne à l'eau se sont mobilisés ce samedi matin. Ils se plaignent de la présence d’individus qu’ils considèrent comme dangereux. Ces derniers hébergés dans le secteur, s’adonneraient régulièrement à des actes violents et souffriraient, selon les victimes, de troubles psychologiques. Il y a deux jours, le domicile d'une septuagénaire aurait été saccagé par l'un des jeunes qui serait entré par effraction. Ce dernier a depuis été interpellé. Joël Aloph, président de l’association « Ti’Kan de Bonne-terre » a indiqué sur nos ondes avoir déjà alerté les autorités mais en vain.