Les braqueurs présumés du carnaval pointois interpellés

Par / /

Souvenez-vous, plusieurs spectateurs du carnaval de Pointe-à-pitre avaient été braqués en début de mois par une bande de voyous armés. Une des victimes avait même été blessée par balle sur le boulevard Légitimus. Trois suspects ont finalement été identifiés et interpellés ce jeudi par la DIPJ. Ils sont actuellement auditionnés par les enquêteurs.

Ces interpellations ont été faites ce jeudi matin tôt avec l’appui du RAID, le groupe d’intervention qui a cueilli 3 jeunes hommes, âgés d’une vingtaine d’années et connus des services. La bande est soupçonnée de s’être livrée à une série de vols à main armée, au moins deux, en marge des défilés carnavalesques, le soir du dimanche 2 février.

L’objet des convoitises, toujours le vol de chaînes en or sur des spectateurs. Pire, les malfrats n’avait pas hésité à faire feu sur une victime qui avait résisté. Blessée par balle au dos sur le boulevard Légitimus par cinq individus dont deux étaient porteurs d'une arme de poing. Dans la même soirée, en marge du déboulé des groupes à "po", un couple avait été un peu plus loin, abordé par 4 individus là aussi armés.

Après de minutieuses investigations diligentées par la police judiciaire du Morne Vergain, des suspects ont finalement été identifiés ces derniers jours. Ils ont reçu la visite des policiers. Tous les trois sont actuellement placés en garde à vue et doivent s’expliquer sur ces agressions. Selon nos informations, il existerait certains éléments qui prouveraient leur implication sans rentrer dans le secret de l’enquête. 

 

 

Tags

A lire également

Ajouter un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.