Les péripéties d'une Marie-Galantaise lors de son acheminement vers le CHU

Par • Mis à jour le 21/10/2017 - 09:29

Une mésaventure est arrivée à une femme d'une quarantaine d'année, victime d'une fracture à la jambe mercredi dernier. Une fois débarquée à la gare maritime de Bergevin, aucun moyen de transport n'avait été prévu pour son acheminement au CHU. Elle a du retourner à Marie-Galante avant d'être finalement évacuée par l'hélicoptère de la sécurité civile. Son mari témoigne.

    Les péripéties d'une Marie-Galantaise lors de son acheminement vers le CHU

La victime, transférée par bateau par la rotation de 16h, mercredi dernier, pour être hospitalisée au CHU de Pointe à Pitre, est restée à quai. Arrivée à la gare maritime de Bergevin, la patiente n'a pu être débarquée du navire, faute d'ambulance pour assurer son acheminement vers le centre hospitalier. Son accompagnateur et elle, ont dû refaire le trajet en sens inverse. Une situation que son époux s'explique difficilement, lui-même cloué sur un lit depuis près de 3 mois pour une double fracture au tibia.

Pierre Croisic témoigne au micro de José Phanor :

Finalement évacuée par hélicoptère

La femme a été évacuée par la suite aux environs de 21h mercredi soir, au CHU de Pointe à Pitre, par l'hélicoptère de la sécurité civile Dragon 971. La direction de l'hôpital de Marie-Galante n'a pas souhaité réagir, au motif que "la procédure a été respectée" et que le CHSM n'était pas responsable de cet état de fait.