Un agent de sécurité condamné à 3 ans de prison dont 1 an avec sursis

Par • Mis à jour le 08/07/2015 - 13:37

Un agent de sécurité résidant à Port-Louis a été présenté, mardi 7 juillet en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre. La semaine dernière, il avait ouvert le feu sur un groupe de jeunes en bas de sa résidence.

    Un agent de sécurité condamné à 3 ans de prison dont 1 an avec sursis
Vendredi dernier, une mère accompagnée de ses deux enfants retrouve son véhicule avec les pneus crevés. Elle met ce méfait sur le compte d’une bande de jeunes qui errent en face du parking sous un manguier. Les gendarmes interviennent et tentent d’apaiser les choses car il n’y a aucune preuve formelle, en vain. Après leur départ, la jeune femme aurait à nouveau été menacée au point d’en pleurer.

Averti, Pascal Rosbif son compagnon qui se trouve au travail, rentre énervé, il récupère un fusil détenu illégalement et sans sommation. Et il fait feu en direction du groupe assis dans l’obscurité. Deux jeunes seront grièvement touchés au dos et au visage. Au tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre, le prévenu de 38 ans a reconnu avoir sous la colère, mal agi. Il s’est excusé et il a indiqué avoir entendu auparavant des coups de feu, fait non corroborée.

Le ministère public a condamné ce geste, qui ne constitue nullement une légitime défense. L’homme aurait pu tout simplement rester chez lui et rappeler les forces de l’ordre… ."Une arme à feu est un objet de mort", a ajouté le procureur, "il faut en être conscient d’autant plus quand on est agent de sécurité". Pour la défense, les faits étaient prévisibles, les tensions dans cette résidence Paul Mado sont fréquentes, sans que rien ne soit diligenté.

Le tribunal a condamné le père de famille à 3 ans de prison dont une année assortie du sursis, un mandat de dépôt a été délivré à son encontre.