L'Insee en dit plus sur l'emploi en Guadeloupe

Par 20/04/2016 - 17:20 • Mis à jour le 20/04/2016 - 17:20

L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié son enquête emploi ce mardi 19 avril 2016.

    L'Insee en dit plus sur l'emploi en Guadeloupe
L'enquête de l'Institut national de la statistique et des études économiques publiée, ce mardi 19 avril 2016, révèle qu'en 2015, 161 000 personnes ont été considérées comme actives en Guadeloupe. 123 000 personnes avaient un emploi et 38 000 étaient au chômage. Par rapport à l'année 2014, la population a diminué d'un millier de personnes.

A contrario, selon cette enquête, 160 000 personnes ont été inactives l'an dernier. Pour expliquer cela, il y a deux facteurs, soit elles ne travaillaient pas et ne recherchaient pas activement un emploi ou soit elles n'étaient pas disponibles pour occuper un poste.

A la lumière des données de l'Insee, on notera que le secteur tertiaire concentre une part très importante des emplois, soit 80% et que huit actifs occupés sur dix sont salariés. Un peu moins des trois quarts des actifs occupés bénéficient d'un Contrat à Durée Indéterminée (CDI).

Mais, les jeunes entrés récemment sur le marché du travail, accèdent moins souvent à ce type de contrat.

Les catégories les plus touchées

Le sous-emploi concerne donc 13,8% des actifs occupés et affecte particulièrement les femmes et les employés non qualifiés.

En Guadeloupe, le taux de chômage s'élève à 23,7% en moyenne annuelle comme en 2014. C'est dans la région des Antilles-Guyane que ce taux est le plus élevé. Les taux de chômage de la Martinique et de la Guyane étant respectivement de 19% et de 22%.

Le taux de chômage des femmes (25,7%) est plus élevé que celui des hommes (21,6%). Cet écart s'accroît encore en 2015.

Alors que le chômage est plus fréquent chez les jeunes actifs de moins de 25 ans (55,2%) au chômage est plus durable chez leurs aînés, notamment chez les séniors.

Près de huit sur dix sont au chômage depuis plus d'un an. Au total, en 2015, ce sont près de 65 000 personnes qui étaient sans emploi et qui souhaitaient travailler dans notre département fin 2015, soit 2000 personnes de plus en un an.

En ce premier semestre 2016, la tendance n'est guère à l'amélioration.