La prévention au cœur de la 29ème journée de lutte contre le sida

Par 01/12/2016 - 16:39 • Mis à jour le 01/12/2016 - 16:39

"Levons la main pour la prévention", c'est le thème de la 29ème journée de lutte contre le sida ce jeudi 1er décembre 2016. Cette année, la campagne de prévention s'est largement déclinée sur les réseaux sociaux. Et en Europe, le PrEP, un nouveau traitement a été recommandé par l'OMS et autorisé par l'Agence européenne du médicament, sans pour autant être intégré aux politiques de santé publique.

    La prévention au cœur de la 29ème journée de lutte contre le sida
Pour amener le public à mieux accepter la séropositivité, la campagne de prévention de cette 29ème journée de lutte contre le Sida s'est invitée sur les réseaux sociaux avec le thème "Levons la main pour la prévention". Chacun peut se prendre en photo avec un message sur la pomme de la main. Le but : résumer ce qui doit être fait en matière de prévention.

Depuis son émergence, le Sida a fait 35 millions de victimes dans le monde. La Guadeloupe n'est pas épargnée. Selon les estimations, 2000 personnes sont séropositives dans notre département. Les chiffres montrent aussi que la transmission du VIH reste majoritairement hétérosexuelle (80%).

Par ailleurs, la quasi-totalité des personnes infectées bénéficie d'un traitement anti-rétroviral. Il permet de contrôler dans 90% des cas la maladie et de restaurer les défenses immunitaires.

Mais, il reste tout de même un point noir. Celui de la détection du virus. Elle est souvent tardive. En 2015, sur 98 des personnes diagnostiquées, plus de la moitié l'a été bien trop tard. Le risque de transmettre le Sida, sans le savoir, à leur partenaire est donc multiplié.

Aujourd'hui 1er décembre: Journée mondiale du #sida
Thème 2016 : Levons la main pour la prévention du #VIHhttps://t.co/m0xMg1iWKr pic.twitter.com/S98Qh7Bw4m

— AMOR (@AMORNEKHILI) 1 décembre 2016

La PrEP et l'enjeu de la diversification de la prévention

Cette 29ème journée de lutte contre le Sida perrmet aussi de faire un gros sur la PrEP (Prophylaxie pré-exposition). Un traitement qui "constitue une protection individuelle tout en contribuant à diminuer la dynamique de l'épidémie".

Les associations AIDES et Coalition Plus ont dévoilé les premiers résultats d'une vaste enquête européenne, réalisée de juin à juillet 2016, sur le niveau de connaissances et d'intérêt des publics européens pour la PrEP et sur son utilisation hors cadre de prescription. Le constat est sans appel.

Malgré les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'autorisation de l'Agence européenne du médicament, "La PrEP peine a être intégrée dans les politiques de santé publique en Europe". Pourtant, aux Etats-Unis, il est autorisé depuis 2012.

"Les résultats confortent nos revendications en faveur d’un accès à la PrEP pour toutes les populations vulnérables au VIH, dans l’ensemble des pays européens. Nous avons plus que jamais besoin d’un accès équitable à ce nouvel outil pour inverser la dynamique de l’épidémie en Europe", déclare Aurélien Beaucamp, président de AIDES.

Selon AIDES et Coalition Plus, il y a une forte attente des populations les plus exposées, concernant l'accès à ce nouvel outil de prévention. Or, ce traitement est peu connu et son accès difficile.

"Aujourd’hui en France, 120 consultations PrEP sont ouvertes et 2000 personnes ont accès à ce nouvel outil. Ce sont essentiellement des hommes gays, bisexuels et des personnes trans. C’est un début encourageant, mais l’accès à la PrEP doit désormais s’ouvrir aux autres publics cibles. Un travail d’information et de pédagogie doit être mis en place, notamment pour que les personnes migrantes d’origine africaine ou caribéenne, les femmes ou encore les travailleurs et travailleuses du sexe puissent s’approprier ce nouvel outil", assure AIDES et Coalition Plus dans un communiqué.

Ces deux associations affirment qu'il est indispensable d'élargir l'offre de prévention et de dépistage pour atteindre l'objectif d'en finir avec l'épidémie du VIH d'ici 2030.

A Saint-François ce jeudi, à Basse-Terre vendredi 2 et à Pointe-à-Pitre lundi 5 novembre plusieurs actions de sensibilisations vont être menées. Pour rappel, le numéro vert et confidentiel de sida info est le 0800 840 800.

Anaëlle Edom avec Méven Le Moign
@anaellee_rci