La réforme de l'aide à la complémentaire Santé entre en vigueur ce mercredi 1er juillet

Par • Mis à jour le 01/07/2015 - 15:09

Réformée, l’Aide à la Complémentaire santé entre en vigueur ce mercredi. Les patients devront composer avec quelques changements. En France, ils sont près de trois millions de patients supplémentaires à y avoir droit.

    La réforme de l'aide à la complémentaire Santé entre en vigueur ce mercredi 1er juillet
La réforme de l'Aide à la Complémentaire Santé entre en vigueur ce mercredi 1er juillet 2015. Mal connue, cette aide qu'on appelle aussi l'ACS s'adresse aux personnes disposant de revenus modestes n’excédant pas les 1 000 euros par mois pour une personne seule, ou ayant également des salaires trop élevés pour obtenir la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C). En France, 1,2 millions de personnes bénéficient déjà de l’ACS. Près de trois millions de patients supplémentaires y ont droit.

Toutefois, ils ignorent l'existence d'un tel dispositif. A partir de ce 1er juillet, ils devront opérer à quelques changements. Désormais," les bénéficiaires de l’Aide à la Complémentaire Santé sont contraints également de signer un contrat ACS" , a précisé Evelyne Donne, conseillère mutualiste à la mutuelle Mare-Gaillard.

La loi oblige d’avoir une offre pour les bénéficiaires de l’ACS ou aux 10 offres qui proviennent des différents groupes. Ces offres comprennent des contrats responsables avec une prise en charge à 100% concernant les soins de santé. Pour bénéficier de l’ACS, il faut déposer sa demande à la caisse générale de sécurité sociale.

" Si l’on rempli les conditions dans les deux mois qui suivent la demande on reçoit sous forme de chèque cette aide qui est à remettre à sa complémentaire santé. En fonction, de l’âge il y a une cotisation annuelle. L’aide est déduit de celle-ci", a expliqué Evelyne Donne.

Le montant du chèque va de 100 euros par an pour les moins de 16 ans et jusqu'à 550 euros pour les plus de 60 ans. Toutes les mutuelles ne peuvent pas le récupérer car elles doivent être "mutuelles distributrices".