Parité : les jeunes guadeloupéennes réussissent mieux leur scolarité

Par • Mis à jour le 08/03/2017 - 17:16

Le jeunes guadeloupéennes réussissent mieux leur scolarité que les garçons. C'est ce qui ressort d'un document publié par l'Insee à l'occasion de la journée de la femme ce mercredi 8 mars 2017. Mais, il reste encore beaucoup d'efforts à faire dans d'autres domaines.

    Parité : les jeunes guadeloupéennes réussissent mieux leur scolarité
En écho à la journée de ce 8 mars 2017 consacrée à la femme, l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié un document riche d'enseignement.

Celui-ci dévoile que les jeunes Guadeloupéennes poursuivent jusqu'au secondaires leurs études plus longtemps que les garçons. Qui plus est, elles réussissent mieux leur scolarité. Il y a d'ailleurs beaucoup plus de réussite féminine au baccalauréat.

Après les inégalités se creusent. Plus de garçons partent dans les filières dites sélectives comme les classes préparatoires aux grandes écoles. Cette réalité est valable dans toutes les régions françaises. En outre, les femmes de moins de 30 ans sont beaucoup plus touchées par le chômage que les jeunes hommes en Guadeloupe.

En 2013, 43, 4% d'entre elles étaient au chômage. C'est 5 points de plus que les jeunes hommes. A titre de comparaison, la même année, l'écart en France hexagonale n'était que de 1,5 points, soit 18,2% des jeunes femmes au chômage.

Image retirée. Capture écran site de l'Insee
Entre 30 ans et 65 ans, près des trois quarts des femmes actives (74%) ont un emploi. C'est 5 points de moins que les hommes. De plus, leurs salaires sont inférieurs. Cet écart des revenus entre les deux sexes est, toutefois, moindre en Guadeloupe que dans l'hexagone, 13,9 points contre 27 points. En cause, les conditions d'emplois et le travail à temps partiels.

Image retirée. Capture écran site de l'Insee
Les femmes sont par ailleurs plus nombreuses à vivre seule sur leur vieux jours en Guadeloupe. Parmi les 65 ans et plus, 40% des Guadeloupéennes vivent seules contre 18,5% pour les Guadeloupéens.

Elles vivent également plus longtemps. Leur espérance de vie à 65 ans est de 22,5 contre 18,5 pour les Guadeloupéens.

Anaëlle Edom avec Cécile Rémusat
@anaellee_rci