St Barth et St Martin ne sont pas encore débarrassés du Chik

Par • Mis à jour le 20/12/2014 - 05:44

Le chikungunya continue de sévir dans les îles du Nord. A Saint-Martin une augmentation du nombre de cas cliniquement évocateurs semble indiquer une intensification de la circulation virale. Saint-Martin est actuellement en phase 2 du Psage (Programme de Surveillance, d’alerte et de gestion).

    St Barth et St Martin ne sont pas encore débarrassés du Chik
Le chikungunya continue de sévir dans les îles du Nord. A Saint-Martin une augmentation du nombre de cas cliniquement évocateurs semble indiquer une intensification de la circulation virale. Saint-Martin est actuellement en phase 2 du Psage (Programme de Surveillance, d’alerte et de gestion). Depuis le début de l’épidémie 4830 cas cliniquement évocateurs ont été recensés alors que 3 décès à l’hôpital ont été expertisés. A Saint-Barthélemy, la circulation virale a augmenté en novembre et tend maintenant à baisser. Le comité d’experts, réuni le 11 décembre, considère que cette situation correspond à une reprise épidémique. L’ampleur de ce phénomène ne pourra être évaluée qu’au cours des prochaines semaines. Le comité de gestion, réuni le 12 décembre, a décidé un renforcement des actions de prévention. {{Et en Guadeloupe et Martinique ?}} En Martinique, l’épidémie se poursuit avec une tendance à la baisse des indicateurs. Dans l'île sœur on est entré en phase de décroissance de l’épidémie. Enfin en Guadeloupe, l’épidémie est terminée depuis la troisième semaine de novembre.