Un plan interministériel pour l'eau et l'assainissement dans les Outre-Mer

Par 01/06/2016 - 15:25 • Mis à jour le 01/06/2016 - 15:25

Alors que les organisations syndicales du SIAEAG poursuivent le mouvement , Ségolène Royal, la ministre de l'Environnement en charge des relations internationales sur le climat et George Pau-Langevin, la ministre des Outre-Mer ont lancé, au début de l'année 2016, un plan d'actions pour améliorer les services d'eau et d'assainissement dans nos régions.

    Un plan interministériel pour l'eau et l'assainissement dans les Outre-Mer
Le rapport de la mission d'expertise des ministères de l'Environnement et des Outre-Mer a été publié au début de l'année 2016. Ce plan vise à accompagner, sur une durée de 10 ans, les collectivités compétentes dans l'amélioration du service rendu à leurs usagers en ce qui concerne l'eau potable et l'assainissement.

L'objectif de ce rapport est de favoriser les investissements et les emplois dans la création et la rénovation des réseaux d'eau potable et d'assainissement.

Il vise à mobiliser les capacités financières, d'expertise de l'Etat et de ses partenaires nationaux tels que l'Agence Française de Développement (AFD), la Caisse des dépôts et de consignation ou l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques aux côtés des acteurs locaux comme la Région, le Département, les collectivités uniques ou encore les syndicats intercommunaux comme c'est le cas en Guadeloupe.

Tout cela est établi dans une logique de contractualisation avec les services d'eau et d'assainissement afin de renforcer leurs capacités d'investissement et de gestion. Un appel à candidature sera lancer d'ici l'automne dans chaque territoire concernés.

Les collectivités retenues dans ce dispositif de contractualisation définiront ensuite des objectifs d'amélioration, les opérations prioritaires d'investissement et de renforcement des capacités ainsi que des indicateurs d'évaluation d'une durée de cinq ans.

Avec ce plan d'action, l'Etat entend également accompagné les collectivités déterminées à répondre aux attentes de leurs usagers, à savoir tout simplement disposer d'un accès durable à une eau de qualité, répondant aux normes sanitaires et environnementales à un coût raisonnable. En Guadeloupe, c'est tout ce que l'on demande.