Violences sur agents : les policiers mobilisés

Par 11/10/2016 - 18:49 • Mis à jour le 11/10/2016 - 18:49

Les policiers de France étaient mobilisés, notamment les fonctionnaires guadeloupéens devant le commissariat central de Pointe-à-pitre ce mardi. Ils étaient une quinzaine. Une grève silencieuse afin de soutenir leurs collègues victimes d'une violente attaque le weekend dernier à Viry-Châtillon dans l'Essonne. Un adjoint de sécurité est toujours dans un état grave. Les syndicats demandent plus de moyens et de sécurité dans l'exercice de leur profession.

    Violences sur agents : les policiers mobilisés
Un appel à la mobilisation lancé lundi par les syndicats y compris en Guadeloupe. Une « grève du zèle »comme ils disent. Un mouvement national initié par l’organisation Alliance, la première de l’hexagone.

D’autres organisations ont ainsi appelé à des rassemblements silencieux devant les commissariats. La durée de ce mouvement n’a pas été précisée. Alliance national a appellé « tous les policiers, en soutien à les collègues ».

Il s’agit, « de ne traiter que les urgences et les cas graves » dans les commissariats et de « faire l’impasse sur les infractions mineurs comme un stationnement gênant par exemple » a indiqué le syndicat majoritaire en France. laissant quand même à chaque policier « l’opportunité » de ses « moyens d’action ».

Le syndicat réclame au gouvernement et « aux candidats à la présidence de la République de la fermeté » à l’encontre des « agresseurs et assassins de policiers ».

« Il faut des peines exemplaires » et que « la peur change de camp » ce sont les propos lâchés sur les ondes nationales notamment hier sur Europe1. Il existerait trop de zones de non-droit en France, aux mains de quelques gangs délinquants et criminels », les agents se demandent si « les forces de l’ordre ont vraiment les moyens de riposter » et « de pénétrer ces quartiers pour y rétablir la sécurité ».

Le gouvernement a pourtant affiché lundi une fermeté et un soutien à la police suite cette attaque d’une rare violence survenue samedi en région parisienne dans l’Essone. Rappelons qu’un adjoint de sécurité de 28 ans, très grièvement brûlé sur l’ensemble du corps est toujours entre la vie et la mort.