Accrochage sur la route : il roue de coups un homme âgé

Par • Mis à jour le 04/05/2019 - 06:15

Un prévenu de 26 ans était présenté en comparution immédiate hier pour des graves violences commises à l’encontre un homme âgé il y a quelques semaines. A l’origine du litige, un simple accrochage de la circulation à Petit-Bourg qui a tout de même entraîné 3 mois d’ITT pour l’automobiliste victime. Les juges ont prononcé 3 ans de prison avec mise sous écrous, ce qui a quelque peu énervé l'intéressé qui a dû être maîtrisé de force à l'audience.

    Accrochage sur la route : il roue de coups un homme âgé

Un simple accrochage sans gravité sur la brettelle de la RN1 au niveau de Colin. Les deux automobilistes dont Kevin Ardenoy, 26 ans s’arrêtent sur le bas côté mais le ton monte. Le monsieur beaucoup plus âgé, invective il est vrai le jeune homme, le tient aussi par le col du tee-shirt. Il n’en faut pas plus pour que les choses dégénèrent. Il reçoit un violent coup de poing au visage qui l’assomme. Croyant que ce dernier fait semblant, son agresseur s’assied sur lui et continue de le frapper à la tête. La victime n’aura la vie sauve que grâce à l’arrêt d’autres usagers de la route, qui viennent porter secours. L’individu violent quant à lui prend aussitôt la fuite mais sa plaque a été relevée. 

Roué de coup alors qu'il est inconscient 

Au final, le blessé justifiera de 90 jours d’ITT, de multiples hématomes, mais surtout une hémorragie cérébrale avec de lourdes séquelles jusqu’à maintenant. Il souffre par exemple d’amnésies fréquentes, perd la vision d’un œil, il a été transplanté du cœur il y a quelques années, ce qui fait de lui une personne vulnérable. Un élément souligné par le tribunal qui a décrit cette agression comme étant disproportionnée et complètement irresponsable. Le procureur a rappelé les antécédents judiciaires du mis en cause, déjà condamné pour des violences avant de requérir 3 ans de prison, demande suivie assortie d’un mandat de dépôt. Le prévenu n’acceptant pas sa peine s’est rebellé dans le box, 8 gendarmes de l'escorte l’ont donc maîtrisé manu militari avant de le reconduire en geôle.