Assises : Hegesippe, un violent psychopathe selon les experts

Par • Mis à jour le 06/11/2018 - 11:24

Le deuxième jour du procès des 2 jeunes responsables de la mort de Guy Hamot s’est ouvert ce mardi. Pour ce deuxième jour de procès, l’heure est à la présentation de la personnalité des deux accusés.

    Assises : Hegesippe, un violent psychopathe selon les experts

Le deuxième jour du procès des 2 jeunes responsables de la mort de Guy Hamot s’est ouvert ce mardi. L’homme de 84 ans, a trouvé la mort après avoir été agressé dans son épicerie de Capesterre de Marie-Galante le 18 septembre 2016.

Pour ce deuxième jour de procès, l’heure est à la présentation de la personnalité des deux accusés.

Ganja Hegesippe et Daryl Bernard sont portés sur l'argent facile. Le premier, qui aurait tout organisé et porté les coups mortel, a révélé aux enquêteurs avoir agi ainsi, pensant que la victime avait les moyens. Il avait en effet vu l’octogénaire porter des bijoux qu'il estimait être de valeur. Après repéré la maison de Guy Hamot, il avait attendu l'opportunité pour pouvoir l'attaquer. Daryl Bernard devait lui assurer la surveillance des lieux. Ganja Hegesippe est détenu depuis le 22 septembre 2016, dans la foulée de sa garde à vue. Le second accusé est libre sous contrôle judiciaire depuis le 21 juin 2017 après avoir purgé 9 mois de détention préventive.

Ganja Hegesippe a grandi auprès de sa grand mère paternelle. Il voit occasionnellement son père et n'a pas de lien avec sa mère. Une situation familiale qui aurait entrainé une scolarité chaotique. Il a déjà été condamné à 4 reprises pour vol avec effraction et ce uniquement pour l’année 2015. Le jeune homme était en sursis avec une mise à l'épreuve sur 2 ans lorsqu'il a commis les faits pour lesquels il est aujourd'hui jugé. Selon les experts, l’accusé présente une personnalité psychopathique sévère, marqué par un goût pour la violence et l'impulsivité. Un individu potentiellement dangereux.

Daryl Bernard, lui, présente un casier judiciaire vierge. Il aurait été marqué par une violence intra familiale dans laquelle il aurait baigné pendant son adolescence. Hier, le directeur d'enquête a rappelé qu'au contraire de Ganja, il n'avait eu dans cette triste affaire qu'un rôle passif.