Comité régional de cyclisme : l'affaire Boecasse/Chebah reportée

Par 21/01/2017 - 00:04 • Mis à jour le 21/01/2017 - 00:04

L'affaire Boecasse contre Chebah a été reportée à la demande du plaignant lui-même. Le dossier devait être examiné devant le TGI de Pointe-à-Pitre ce vendredi 20 janvier 2017. Clotaire Boecasse consteste la victoire de la liste Mouëza à la tête du Comité régional cycliste de la Guadeloupe au motif qu'elle n'était pas conforme.

    Comité régional de cyclisme : l'affaire Boecasse/Chebah reportée
Le Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre devait examiner le référé d'heure en heure déposé par Clotaire Boecasse ce vendredi 20 janvier 2017. Celui-ci conteste la victoire de la liste de Philibert Mouëza à la tête du Comité régional cycliste de la Guadeloupe.

Clotaire Boecasse exige qu'on lui présente le diplôme d'Eric Chebah, un membre de la liste du président réélu. Selon son avocat Me Roth, à ce jour, seule une attestation du diplôme leur a été fournie.

"J'ai reçu une attestation de suivi du module commun d'entraîneur de M. Chebah. Moi j'attends le diplôme, je n'attends pas des documents qui font référence à des diplômes".

Finalement ce vendredi, le plaignant a demandé un report de l'affaire au 3 février prochain. Pour Me Durimel, l'avocat de la défense, toute cette affaire est une aberration. Il estime que cette "action est irrecevable".

Il affirme en outre que M. Chebah dispose de toutes les compétences pour figurer sur la liste de Philibert Mouëza.

"On est soumis au code du sport. Le Comité régional de cyclisme n'est pas comme ça tombé du ciel. Cet un organisme déconcentré de la Fédération française de cyclisme.

Les qualifications sont consacrées par la Fédération française de cyclisme (...) Chebah présente 9 000 heures de pratique d'entraîneur, douze années d'entraîneur, de multiples titres de champion.

Mon confrère qui a entrainé Boecasse dans cette galère, il va falloir qu'il commence à préparer ses dix mille euros de dommages et intérêts pour indemniser Chebah", a-t-il déclaré.

Anaëlle Edom avec Rinsy Xieng