Condamnés à du sursis, ils récidivent les jours suivants

Par • Mis à jour le 20/02/2016 - 16:40

Une bande de cambrioleurs du Lamentin était jugée hier vendredi en procédure de comparution immédiate à Pointe-à-pitre. Ils étaient poursuivis pour des faits commis quelques jours seulement après une première condamnation, le 28 janvier. Les prévenus avaient alors écopé de sursis, ce qui ne les a pas du tout dissuadé, au contraire. Cette fois ci, le tribunal a été bien plus sévère : prison ferme et mise sous écrous immédiate.

    Condamnés à du sursis, ils récidivent les jours suivants
Souvenez-vous, déjà à la première audience, une des victimes de la première série de cambriolages exprimait son désarroi quant à la prise en charge et à l'encadrement des mis en cause, parcourant la commune à vélo. Et bien, les concernés n’ont pas attendu une semaine avant de recommencer. Une quinzaine de méfaits au total. "Ils n’ont rien compris" a déclaré le parquet, ce malgré les sursis mise à l’épreuve prononcés le 28 janvier dernier. Lenny Jacquet-Crétides et david Boulay, 19 ans, comparaissaient pour le même type faits, vol par effraction chez des particuliers mais aussi à l’école de la Rosière. Les malfrats sont allés jusqu’à piller l’habitation d’une personne vulnérable alitée. "C’est plus simple" a avoué l’un des prévenus.

Des regrets peu convaincants

Leurs excuses à la barre, pareil que la première fois, "on n’a pas d’argent, pas de travail". "En cherchez vous au moins ? Êtes-vous en formation?" a demandé le juge. Les prévenus:"Non, on attend que pôle emploi nous en donne". Les magistrats ont répondu « tout le monde se démène pour gagner de l’argent honnêtement, et vous, vous optez pour la facilité tout ça pour vous payer en réalité des beaux vêtements et de l’herbe, puisque vous habitez chez vos parents". Pour le ministère public, il s’agit d’un mode de vie qui doit être sévèrement puni, afin d’éviter de nouvelles récidives. Les prévenus, qui comme d’habitude ont fait semblant de regretter, ont écopé cette fois ci de 6 et 12 mois de prison ferme assorti d’un mandat de dépôt immédiat.

Rinsy Xieng