Cour d'Assises : de 5 à 30 ans de prison requis dans l'affaire d'Anse-Bertrand

Par 05/02/2021 - 19:38 • Mis à jour le 05/02/2021 - 19:37

Aux assises de Basse-Terre, les réquisitions sont tombées ce vendredi soir. Au terme de près de 3 heures d'arguments développés par le Ministère Public. L'avocate générale a requis des peines allant de 5 ans d'emprisonnement avec sursis mise à l'épreuve à 30 années de réclusion criminelle assortie de 2/3 de période de sûreté.

    Cour d'Assises : de 5 à 30 ans de prison requis dans l'affaire d'Anse-Bertrand
"66 secondes et une vie bascule. 66 secondes et une vie s'éteint. 66 secondes et le chaos s'installe". C'est ainsi qu'Elodie Rouchouse, l'avocate générale, a débuté ses réquisitions, celles ci ont été très nuancées, quant au quantum des peines réclamées. Elles vont de 5 ans d'emprisonnement avec sursis pour Mathew PAQUET, 10 années de réclusion pour Djanoughi NAGAMAN, 15 ans pour Stanley LENDO, 20 ans pour Dylan DELTA et 30 années de réclusion criminelle assorties d'une période de sûreté de 2/3, autrement dit minimum 20 ans de détention, pour l'auteur du coup de feu mortel la nuit du 12 au 13 décembre 2015 sur la personne de Xaxier SOPHYAIR qui célébrait ses 22 ans ce jour là.
 
Le parquet a tenu compte dans ses réquisitions du rôle que chacun a joué dans cette virée nocturne dramatique et ce braquage mortel. Les 5 hommes étaient venus voler des véhicules et finalement, ils allaient participer à la mort d'un jeune homme venu avec une vingtaine d'amis passer un moment agréable sur la plage de la Chapelle à Anse-Bertrand. Le sursis requis contre PAQUET se justifie, selon les propos du Ministère Public, par le peu d'intérêt de l'envoyer en prison, n'ayant qu'un rôle d'assistance à la conduite du véhicule, rejetant tout de même l'argument de contrainte préconisée par la défense. Pour ce qui est de NAGAMAN, le rôle de "spectateur" évoqué par l'accusé a été rejeté par l'accusation qui a estimé qu'il était co-auteur en étant actif et mobile lors des événements.
 
LENDO, lui, son état de récidive ne plaide pas en sa faveur. Bien que l'arme de poing utilisée était factice, les victimes ne pouvaient pas le savoir a précisé l'avocate générale d'autant que des armes, il en a déjà utilisé. Il reste les deux plus dangereux. Ceux qui ont fait feu, blessé et tuer. DELTA a tiré à deux reprises et ses tirs ont atteints plusieurs des jeunes, même légèrement. Enfin, HENDERSON, c'est lui qui donne le top départ, qui agresse directement la victime principale et la tue ensuite.
Lundi, après la 1ère plaidoirie de maître Sandra ADONIS NAVARIN, ce vendredi soir, celles des 4 autres avocats de la défense se poursuit. Maîtres BALTA, FLORO, LANTHIEZ et le bâtonnier TACITA ont tout le week-end pour se préparer. 10, 15, 20 et 30 années sont en jeu.
 
 

Tags