Des leaders de Moun Gwadloup visés par une enquête

Par 02/04/2020 - 14:16
01/01/2020 - 00:00

Une enquête est ouverte par le procureur de la République de Basse-Terre et confiée à la Brigade de Recherche de Saint-Claude à l’encontre de deux leaders de Moun Gwadloup : Ludovic Tolassy et Yannis Chipotel. Le préfet vient de saisir le procureur de Basse-Terre pour dénoncer des faits présumés de « provocation à s’armer contre l’autorité de l’Etat » mais aussi « menaces de mort, diffamation et outrages ».

    Des leaders de Moun Gwadloup visés par une enquête

Une lettre très officielle signée du préfet et adressée au procureur de la République de Basse-Terre circule sur les réseaux sociaux et la seule diffusion de ce document confidentiel a de quoi interpeller. Document publié et commenté par l’un des mis en cause sur sa page Facebook.

Sur le fond, selon nos informations, le préfet vient bel et bien de saisir le procureur de Basse-Terre en mentionnant l’article 40 du code pénal, article qui oblige tout fonctionnaire public à dénoncer une suspicion d’infraction. Voici donc les infractions présumées mentionnées dans le document : provocation à s’armer contre l’autorité de l’Etat ou la population, menace de mort , diffamation, outrage, via notamment les réseaux sociaux.

Ludovic Tolassy est ainsi suspecté « depuis le début de la crise sanitaire », de publier des vidéos qui « excèdent manifestement les bornes de la liberté d’expression et tombent sous le coup de la loi » : ces vidéos ou encore un conte intitulé « les rats quittent le navire », mettent en cause, explique ce document, l’équipe dirigeante du CHU ou la directrice générale de l’ARS.

L’enquête devrait aussi porter sur des injures présumées envers le chef de l’Etat et le gouvernement, sur des propos contre les directeurs des services de l’Etat en Guadeloupe , et qui inviteraient la population à se défendre et « utiliser les moyens nécessaires » pour se faire.

Est aussi mise en cause, la publication d’une vidéo publiée le 23 mars, qui met en scène, est-il expliqué, un individu au visage dissimulé qui dit notamment, « j’ai rêvé d’enterrer le préfet dans un pré » et qui annonce à la directrice générale de l’ARS, « on va vous étriper », faisant référence à des gangs bien connus sur la place locale, pour « régler la situation ».

Yannis Chipotel, autre membre de Moun Gwadloup, est suspecté quant à lui de « régulièrement » publier sur son profil Facebook « des articles et commentaires appelant à la révolte contre l’Etat et prônant notamment les violences contre les forces de l’ordre », selon ce document. Le procureur de Basse-Terre a donc décidé d’ouvrir une enquête, confiée à la Brigade de Recherche de la Gendarmerie de Saint-Claude.

Tags

Ajouter un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.