Des violences et menaces intrafamiliales jugées en comparution immédiate

Par 27/11/2020 - 09:45
01/01/2020 - 00:00

Alors que se tenait avant-hier la journée d’élimination des violences faites aux femmes, illustration avec ces deux affaires appelées en comparution immédiate devant la juridiction pointoise. L’une concernait des violences dans un couple au Moule, l’autre des menaces graves d'un fils à l’encontre de sa mère à Morne-à-l'eau. Les prévenus ont écopé de 8 mois avec sursis et 4 mois fermes.

    Des violences et menaces intrafamiliales jugées en comparution immédiate

Dans le premier dossier, un mari de 46 ans avait, ces derniers jours, brutalisé sa femme au motif que cette dernière avait un amant. Des faits survenus au Moule au sein de ce couple récemment arrivé de l’hexagone. Un contexte social difficile puisque les deux ne travaillent plus depuis la crise sanitaire, lui est cuisinier et elle serveuse. La victime voulait aussi rompre pour vivre ouvertement sa relation cachée, une décision mal acceptée par celui qui partage sa vie depuis 5 ans. La femme aurait alors subi des violences, pas vraiment des coups, mais elle aurait été secouée, menacée. C’est faux, a indiqué le prévenu à la barre, "malade, parfois elle fait des crises d’hystérie, j’essayais simplement de la calmer en l'immobilisant, pour ne pas qu’elle parte en pleine nuit ou qu’elle se blesse". Le tribunal a prononcé 8 mois de prison avec sursis renforcé et interdiction d’approcher la victime.

Dans le deuxième cas, un individu de 33 ans faisait vivre un cauchemar à sa mère à Morne-à-l'eau. Il avait notamment lundi, menacé celle-ci de mort et voulait la découper avec un coutelas avant de mettre le feu à sa maison, où, il faut le noter, lui-même réside. A l’origine, de la musique souvent trop forte émanant de sa chambre. La maman âgée, excédée, a indiqué devant les gendarmes, préférer voir son fils en prison, pour enfin avoir la paix. D’autant que dans le passé, il l’avait déjà frappée. Demande entendue puisque les juges l’ont condamné à 8 mois de prison dont 4 fermes avec un mandat de dépôt et là aussi, une interdiction de revenir au domicile.

 

 

Tags