Il dérobait des pièces automobiles sur des parkings

Par 16/09/2021 - 11:44 • Mis à jour le 16/09/2021 - 11:41

Il s’était spécialisé dans des vols d’un genre particulier : les pièces automobiles qu’il revendait sous le manteau. Un prévenu était présenté en comparution immédiate mercredi pour au moins 34 véhicules ciblés en à peine 6 mois, sur des parkings aux Abymes et à Baie-Mahault. Après une minutieuse enquête des gendarmes, l’individu a été interpellé en début de semaine. Le préjudice se chiffrerait en plusieurs dizaines de milliers d’euros, selon le parquet. Le mis en cause a écopé de 12 mois de prison ferme et indemnisation pour une partie des victimes.

    Il dérobait des pièces automobiles sur des parkings

Fabien Landre, 27 ans, s’y connait en mécanique puisqu’il possède des diplômes notamment un BTS maintenance industrielle. D’où cette facilité pour agir vite, surtout de nuit. Pas moins de 34 voitures ont ainsi été dégradées, les pièces démontées. Injecteurs, turbo, pare-choc, radiateurs, rétroviseurs, phares et même capots ont été subtilisés sur des véhicules en stationnement. Parmi les victimes, des particuliers mais surtout des entreprises ou des administrations, l’individu opérait sur les parkings de Dothémare aux Abymes ou à Jarry.

Des pièces qu’il revendait ensuite en cachette, à des prix défiant toute concurrence, sans tenir compte du préjudice subi par les usagers ou professionnels à qui il avait ôté leur outil de travail. Principalement des pièces de Peugeot et de Volkswagen, apparemment plus facile à écouler. « Je manquais d’argent » s’est défendu le prévenu, « je dois m’occuper de ma mère diabétique et je suis le seul dans la maison à pouvoir le faire ». Il devait par ailleurs rembourser un prêt de 7000€ auprès de gens peu recommandables, pour lequel il avait déjà reçu des menaces de mort. 

Déjà connu de la Justice, notamment pour des vols de roues en 2019, le mis en cause a subitement fait un malaise, selon lui émotionnel, en pleine audience lorsque la dizaine de parties civiles présentes s’est exprimée, les secours ont dû être appelés entraînant une longue suspension.

Le parquet a fait le calcul, on parle ici d’au moins 40.000€ à 50.000€ de préjudice, sans compter ceux qui ne sont pas venus demander réparation. Il a requis 18 mois fermes et incarcération. Les juges ont opté pour 12 mois de prison, sans mandat de dépôt donc aménageables. Les demandes avec justificatifs de dommages et intérêt ont par ailleurs été reçues.

 

 

Tags