Il tente de crever les yeux de son père avec un compas

Par 03/10/2018 - 06:24 • Mis à jour le 03/10/2018 - 06:24

Illustration de la détresse dans certaines familles. Un jeune, tout juste majeur, était présenté en comparution immédiate ce mardi devant la juridiction correctionnelle pointoise. Poursuivi pour des violences et menaces de mort sur son propre père lundi soir aux Abymes. L’individu adepte de drogues, avait tenté de lui crever les yeux avec un compas.

    Il tente de crever les yeux de son père avec un compas

Il est 22h15 quand la police intervient dans une habitation du morne Lacrosse suite à un violent différend familial, qui opposerait un fils et son père. Lorsque les agents arrivent, ce dernier a réussi à maîtriser le jeune homme de 18 ans au sol, ancien légionnaire il connait la technique. Ce qui ne l’a pas empêché de fondre en larme à la barre, "je n’en peux plus avec lui, il vole et casse tout dans la maison, j’ai perdu mon emploi, ma santé" s’est confié le père. Il venait par ailleurs de le surprendre en train de sniffer une bombe insecticide, un autre jour, c’était du gaz butane de la cuisine.

Une mère partie à l'âge de 6 mois 

Le mis en cause, dans un énième excès de colère, aurait alors tenté de crever les yeux de son papa avec un compas lundi soir. Entre injures et menaces de mort, "cela fait des semaines que ça dure". Un témoignage émouvant pour les juges, qui ont compris la détresse de ce père de famille d'un certain âge. Il l’élève lui et sa sœur depuis bébés, la mère les ayant abandonnés juste après la naissance. Suivi par les services sociaux quand il était mineur, Lévy, c’est son prénom, ne s’est jamais réinséré.

"Il me menace tous les jours" 

Il passe son temps "dehors à trainer et fumer avec ses amis", a souligné le père désespéré. "Je ne traine pas, je rends visite à mes deux enfants cachés", s’est défendu l’intéressé, de seulement 18 ans rappelons le. Considérant la situation, le procureur a demandé à ce qu’il ne regagne par le domicile paternel ce afin d’éviter tout drame. Le tribunal a prononcé 10 mois de prison dont 3 fermes assorti d’un mandat de dépôt dans l’attente d’un placement spécifique avec obligation de soins.