Incendie du CHU : le point sur l'enquête 2 ans après

Par • Mis à jour le 28/11/2019 - 13:00

Deux ans après l’incendie du CHU de Guadeloupe, on ne sait toujours pas ce qui a provoqué le sinistre. Une information judiciaire est en cours, confiée à un juge d’instruction. Il y a eu plusieurs expertises pour déterminer la cause de l’incendie. Cependant, on ne connait pas les conclusions finales.

    Incendie du CHU : le point sur l'enquête 2 ans après

Quels résultats pour la dernière expertise ?

Les résultats de la dernière expertise judiciaire, réalisée par un expert indépendant, ne sont pas communiqués.  Une première expertise diligentée par la Justice avait conclu,  début mars 2018, à la piste accidentelle, voire criminelle, via, peut-être un  mégot de cigarette. Mais l’assureur de l’hôpital, lui, mettait plutôt en avant une défaillance technique et  qui incriminait « le système de climatisation du local » où avait pris l’incendie.

Dans ce local étaient entreposés « beaucoup de déchets de toutes sortes», selon nos informations, ce qui a pu, aussi, favoriser la propagation du feu. Cela fait maintenant un an que le CHU a obtenu le feu vert de la Justice pour accéder de nouveau aux zones sinistrées. Nous n’avons pas pu savoir si, depuis, des travaux y avaient été effectués.

Toujours du côté de l’enquête, celle ci devra aussi déterminer d’éventuels dysfonctionnement de l’alarme au niveau du local et des portes coupe-feu qui auraient été constamment ouvertes » selon certains témoignages. Là aussi c’est un point déterminant.

Plusieurs personnes ayant travaillé dans ou à proximité du local technique le jour de l’incendie, de nombreuses auditions ont été menées. Autant d’éléments, qui devraient pouvoir permettre à la Justice de se prononcer un jour.

L'enquête entre les mains d'un juge d'instruction

En attendant, l’information judiciaire, confiée à un juge d’instruction en juin 2018, se poursuit. Elle est ouverte pour  « dégradation involontaire du bien d’autrui par explosion ou incendie, mise en danger de la vie d’autrui et blessures involontaires avec ITT supérieure à trois mois (NDLR : un agent avait été gravement blessé), tout cela aggravé par une « violation manifestement délibérée d’une obligation réglementaire de sécurité ou de prudence ».

La peine encourue est de « 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende ».

Tags

Ajouter un nouveau commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.