La conseillère Maguy Céligny et le journaliste Gilbert Pincemail condamnés

Par • Mis à jour le 23/03/2018 - 12:28

La conseillère régionale et municipale, Maguy Céligny et le journaliste Gilbert Pincemail, comparaissaient ce jeudi devant la juridiction correctionnelle. Il leur était reproché un abus de bien sociaux, entre 2008 et 2012. Par le biais de mécanismes, des transferts d’argent auraient été effectués entre des sociétés à des fins privées. Le couple a écopé respectivement de 12 et 9 mois de prison avec sursis et de fortes amendes. Les deux prévenus ont d’ors et déjà indiqué qu’ils feraient appel de la décision.

    La conseillère Maguy Céligny et le journaliste Gilbert Pincemail condamnés

Des dépenses personnelles avec les comptes de la société "Vigilan's @ com", c’est ce qui était reproché aux prévenus. Il faut savoir tout d’abord que cette entreprise créée dans les années 90, œuvrait dans le secteur des alarmes, elle a été mise en sommeil avant d’être réactivée fin 2007 mais dans un tout autre domaine : l’organisation d’évènementiels. Plusieurs marchés publics ont d’ailleurs été obtenus, impliquant par exemple la ville de Baie-Mahault ou encore le SIAEAG. Au total, on enregistre un chiffre d’affaire 1 million 500 milles euros en 4 ans. Mais ce qui posait vraiment problème, c’est l'absence de comptabilité stricte. Les conséquences d’un cambriolage a expliqué Maguy Céligny, la gérante. Son compagnon, le journaliste Gilbert Pincemail quant à lui, aurait usé de son carnet d’adresse pour assurer la partie logistique des manifestations. 

Des virements de comptes à comptes

En analysant les flux financiers, les enquêteurs de la DIPJ ont tout de même noté des versements et retraits suspects sur ce compte d’entreprise, un système de vases communicants avec d’autres sociétés toujours gérées par Madame Céligny qui a expliqué que c’était pour payer les salariés. Mais en y regardant de plus près, des virements pour ses enfants à Marseille ont été découverts. Lors de perquisitions, une quarantaine de sacs à main de luxe ont été saisis au domicile de la conseillère municipale. Des "cadeaux de proches" a-t-elle répondu.

Une comptabilité douteuse  

En fait, "je payais parfois des choses pour la société de ma poche, après je me faisais rembourser". Une pratique douteuse, ont souligné les juges, d’autant plus que Maguy Céligny est aide comptable de formation. Autre suspicion, l’obtention d’un document fiscal, par qui ? C’est la question que s’est posé le tribunal, sachant qu'un membre de sa famille travaille au trésor public. Beaucoup d’interrogations qui ont mené le procureur à requérir la condamnation. Les avocats de la défense ont parlé d'une bonne foi avec peut être, d’éventuelles erreurs ou négligences comptables mal interprétées. Les juges ont condamné Maguy Céligny à 1 an de prison avec sursis et 50.000€ d’amende, son compagnon à 9 mois avec sursis 30.000€ alors qu’était requis, une simple peine d’amende pour lui. Tous deux n’ont plus le droit de gérer une entreprise pendant une période de 5 ans.