Opération anti-drogue et anti-armes : il frappe les gendarmes

Par • Mis à jour le 03/05/2018 - 07:05

Un jeune prévenu comparaissait ce mercredi devant le tribunal pointois pour avoir lundi lors d’une opération de contrôle à Sainte-Anne, frappé des gendarmes. Poursuivi pour port d’arme, rébellion et outrage, l’individu ne s’est pourtant pas assagi à la barre, au contraire, les juges l’ont recadré à plusieurs reprises. Il a écopé d’une peine de 6 mois de prison avec sursis assortis d’un travail d’intérêt général.

    Opération anti-drogue et anti-armes : il frappe les gendarmes

C’est alors que les gendarmes procèdent à une opération anti-armes et anti-drogue sur réquisition du procureur, dans le secteur des Galbas, que l’individu est aperçu faisant des gestes tendancieux à distance. Il semble chercher quelque chose dans son caleçon, ce qui intrigue les militaires, pourtant déjà bien occupés dans leur mission. En s’approchant, un des gendarmes lui demande de se calmer puis de se soumettre à une palpation. Le jeune homme refuse, il baisse son short et montre ses parties intimes. Les choses s’enveniment, d’autres agents viennent à la rescousse. Mais le suspect ne se laisse toujours pas faire. Il insulte. Lorsqu’un des gendarmes lui demande de s’asseoir avec le geste de sommation habituel, l’individu lui décoche un violent coup de poing au visage, la victime justifiera de 6 jours d’ITT.

Il ricane durant son procès

Le forcené est finalement maitrisé, un couteau à cran d’arrêt est saisi dans sa poche. Pour lui, ce sont les forces de l’ordre qui ont commencé, un abus de pouvoir a-t-il tenté d’expliquer à la barre, il n’avait rien fait de mal. Mais à plusieurs reprises lors du procès, le prévenu s’est moqué des parties civiles, ricanant discrètement. Ce qui lui a valu quelques remontrances de la part de la Présidente qui a noté là un comportement inadmissible à l’audience. Son casier judiciaire étant presque vide, le tribunal l’a condamné à 6 mois de prison avec sursis et 100 heures de TIG, travaux d’intérêt général.